Actualisé 19.04.2007 à 09:54

Royal déplore qu'«on tolère les dérapages de Nicolas Sarkozy»

La candidate socialiste a déploré jeudi que «l'on tolère que Nicolas Sarkozy dérape de façon aussi scandaleuse», notamment avec ses propos sur la pédophilie.

«Si c'était moi qui avais fait ce genre d'accumulation de déclarations, de contre-vérités, de provocations de théorie sur la génétique, je ne serais même plus candidate à l'élection présidentielle», a-t-elle estimé sur RTL. «Pourquoi tolère-t-on de ce candidat UMP qu'il dérape de façon aussi scandaleuse? Est-ce que ce n'est pas pour faire un clin d'oeil aux électeurs du FN à n'importe quel prix?».

Evoquant les propos de Nicolas Sarkozy sur la pédophilie, Ségolène Royal a tenu à «contester très fortement ce débat d'idées notamment en ce qui concerne la pédophilie». «Ces théories sont intolérables et sont la manifestation d'un risque de fracture républicaine avec ce candidat-là».

«Ma responsabilité, c'est de ne pas porter de jugement sur la personnalité des uns et des autres, mais c'est de critiquer les projets et théories, en l'occurrence celles-ci sont très pernicieuses», a-t-elle ajouté.

Interrogée sur les indemnités de Noël Forgeard pour son départ d'EADS pour lesquelles Thierry Breton serait intervenu, ce qu'il dément, la candidate socialiste a estimé que «l'Etat est actionnaire de cette entreprise, il est inimaginable que le gouvernement n'ait pas été au courant».

«Quand j'entends le candidat de l'UMP protester contre ces indemnités scandaleuses, je m'interroge sur sa sincérité comme tous les Français», a lancé Mme Royal. «La première chose, c'est que M. Forgeard doit rembourser, voilà ce qui correspondrait à une décision morale qui pourrait calmer la colère des salariés». (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!