Fashion Week: Royauté, austérité et douceur à Milan

Actualisé

Fashion WeekRoyauté, austérité et douceur à Milan

Le point d'orgue de la Fashion Week italienne a eu lieu dimanche, avec le défilé haut en couleur(s) de Dolce & Gabbana. Retour en images sur toutes les collections.

par
mag

Le rideau de velours rouge se lève sur la mélodie déchirante d'une trompette, celle composée par Nino Rota pour La Strada de Fellini. Sur le podium s'avance une princesse byzantine au port altier coiffée d'une couronne et toute vêtue d'or. Après l'empire colonial de Sicile pour l'été 2013, Domenico Dolce et Stefano Gabbana ont utilisé la religion catholique comme fil rouge pour leur collection automnale. Leur inspiration? Les mosaïques dorées représentant des scènes bibliques de la cathédrale de Monreale, près de Palerme. Les robes sont plus somptueuses les unes que les autres: en brocart incrusté de perles et de pierres précieuses ou en organza de soie peinte. Couronnes et bijoux en forme de croix sertis de joyaux complètent le tout.

Rigueur puritaine et look austère

Pas de couleurs, pas de bijoux, très peu d'imprimés… Pour l'hiver prochain, Marni abandonne son style excentrique habituel, en optant pour un look austère. Une «rigueur puritaine», comme la définit la maison, rachetée récemment par OTB, le groupe de Renzo Rosso, le fondateur de la marque de jeans Diesel. Les vêtements sont coupés dans d'épais draps de laine gris ou noirs, mais aussi dans de superbes cuirs. Les coupes sont très masculines avec des volumes qui s'élargissent à partir de la taille et arrondissent les épaules. Les bustiers sans manches se portent sur d'amples pantalons, les vestes-casaques sur des shorts, toujours dans des tons sombres, anthracite et bleu nuit. Une ceinture en cuir noir à boucle serre les vêtements à la taille dans un esprit martial.

La douceur au rendez-vous

Matières chaudes et couleurs tendres, Giorgio Armani a dessiné sa deuxième ligne Emporio sous le signe de la douceur. Les tissus sont souples et soyeux, du velours aux soies en passant par le mohair. La palette alterne entre coloris pastels (pêche, bleu ciel, rose dragée, gris pâle) et tons sombres (vert bouteille, violet, marron). Les proportions sont calibrées avec délicatesse pour offrir des vêtements agréables à porter, sans contraintes: manteau plissé aux allures de redingote, robes qui s'allongent dans un ovale, pantalons comme gonflés par des pinces, bermudas à la coupe ample. Les longueurs, qui arrivent le plus souvent à la cheville, ainsi que les chapeaux cloche et les bonnets turban donnent à l'ensemble un côté un peu rétro des années 1920.

Oiseaux de nuit sexy

Chez Missoni, les femmes jouent les oiseaux de nuit. En bottes et collants façon porte-jarretelles, elles se présentent la mine un peu défaite dans des manteaux peignoirs. Attachés lâchement à la taille par un ruban, ces peignoirs kimono leur glissent volontiers des épaules. Leur garde-robe se compose de longues robes-tuniques en maille ajourée, de tailleurs pantalons fluides en soie imprimée aux allures de pyjama, de petites robes confectionnées dans un patchwork géométrique de différentes matières. Les couleurs sont celles de la nuit: lunaires et minérales (gris argentés, blanc opaque) ou carrément nocturnes.

Black is black

C'est une dark lady un brin plus agressive qu'a imaginée Salvatore Ferragamo, se concentrant sur un total look noir-bleu nuit juste éclairé par quelques pièces d'un blanc immaculé. Les escarpins à talons aiguilles sont surmontés de guêtres en cuir, limite sado. Jupes, robes et manteaux sont très courts. Les vêtements sont tous confectionnés dans de très belles matières (cuirs, peau de poulain, soies, cachemires) dans des coupes rigoureuses et épurées. (mag/afp)

Ton opinion