Actualisé 04.04.2008 à 12:00

RSR: le syndicat souhaite rencontrer au plus vite la RTSR

Le syndicat suisse des mass media (SSM) souhaite rencontrer le plus vite possible le conseil d'administration de la RTSR à propos de la crise à la Radio suisse romande (RSR).

Il exige toujours la réintégration de l'informaticien licencié et maintient son ultimatum.

Une rencontre «dans les plus brefs délais» permettrait d'apporter à la RTSR «un éclairage utile sur cette affaire et le climat social qu'elle suscite dans l'entreprise», indique vendredi le communiqué du SSM. La réintégration de l'employé «constituerait une étape importante vers une sortie de crise rapide».

La veille, Jean-François Roth, président du conseil d'administration de la RTSR a déclaré qu'une telle réintégration n'est «pas possible». Il jugeait également «inacceptable» l'ultimatum adressé aux instances dirigeantes de l'entreprise et prônait le dialogue.

Lundi dernier, lors d'une assemblée à laquelle participaient 165 des 600 collaborateurs de la RSR, le personnel a fixé un ultimatum: il lui a laissé jusqu'à vendredi 17h00 pour réadmettre l'employé licencié. En cas de refus, une assemblée du personnel sera convoquée lundi pour décider d'un éventuel débrayage.

Interrogée sur la présence du collaborateur, en pleurs et accompagné de ses enfants lundi devant la radio, Valérie Perrin, secrétaire régionale du SSM, juge «absurde» de penser que le syndicat exploite ce cas. Le SSM n'a «pas d'influence» sur une famille «très unie».

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!