Hockey - LNA: Rubin et le GSHC, comme au bon vieux temps
Actualisé

Hockey - LNARubin et le GSHC, comme au bon vieux temps

A Genève, l'attaquant a retrouvé le club où il s'exprime le mieux. Le voilà déjà Top Scorer des Aigles.

par
Oliver Dufour
Le No40 du GSHC et les frères Pyatt: attention, danger!

Le No40 du GSHC et les frères Pyatt: attention, danger!

De 2008 à 2012, Daniel Rubin avait été un élément clé du système cher à son ange gardien, Chris McSorley. L'ailier bernois avait compilé une fiche de 45 buts et 54 assists en 182 matches durant cette période au GSHC. Retourné au CP Berne, son club formateur, lors des deux dernières saisons, Rubin s'y était montré nettement moins performant. A tel point qu'il n'avait fait trembler qu'une seule fois les filets adverses avec les Ours.

Désormais de retour, il semble avoir retrouvé des couleurs, puisqu'il est le meilleur pointeur ge­nevois après 3 matches (2 buts, 3 assists). «C'est dur à expliquer, s'excuse celui qui évolue à Genève sur le même trio que les frères Pyatt. Je crois que j'ai retrouvé le plaisir de jouer. Ici, on m'offre un rôle sur mesure. Ce style physique, c'est mon type de jeu. Je dois toujours accomplir des tâches défensives, mais je peux être beaucoup plus offensif.»

Du haut de ses 29 ans, l'homme ne se voit pas comme un créateur de jeu. «Je suis plutôt un finisseur devant le but. Surtout, je suis plus ­cadré. J'ai ce besoin. A chacun sa tâche spécifique. Lorsque ça va mal sur la glace, on sait exactement ce qu'on doit faire.» Ce qui n'était pas le cas dans la capitale? «Pas vraiment. Sous les ordres d'Antti Törmä­nen, on était tous plus libres et j'étais perdu lorsque ça ne fonctionnait pas comme on voulait.»

Demain, Genève se déplace à Fribourg pour y défier Gottéron. «Une équipe très talentueuse, prévient Daniel Rubin. Ils vont sans doute démarrer fort, à la maison. Mais nous, nous voulons arrêter de perdre des points.» Les Dragons sont avertis.

Twitter -> @Oliver_Dufour

Ton opinion