Suisse: Ruée sur les chauffages à bois par peur d’avoir froid cet hiver

Publié

SuisseRuée sur les chauffages à bois par peur d’avoir froid cet hiver

Une pénurie de gaz et d’électricité menace en hiver. Le Conseil fédéral se dit inquiet. Les particuliers cherchent des alternatives.

Les pellets ou les bûches sont prisés des Suisses pour ne pas avoir froid en hiver.

Les pellets ou les bûches sont prisés des Suisses pour ne pas avoir froid en hiver.

imago images/Shotshop

Depuis qu’il semble que le gaz et l’électricité pourraient se faire rares, l’hiver prochain, comme l’indique le Conseil fédéral, les Suisses prennent les devants et se tournent vers le bois pour se chauffer. La demande va crescendo, affirment les représentants de la branche.

Markus Heitzmann, président de l’Association suisse des chauffages au bois, qui représente une vingtaine de fournisseurs et de fabricants du secteur des chauffages au bois déclare: «Qu’il s’agisse de chauffages à copeaux, à pellets ou à bûches, la demande est énorme.» Les chauffages dans les caves ne sont pas les seuls concernés, mais aussi les chauffages domestiques sous forme de poêles et autres fourneaux. «C’est pourquoi il faut s’attendre à ce que la demande de bûches augmente également dans un avenir proche», ajoute le professionnel.

Si l’électricité manque, les pompes à chaleur s’arrêtent

Ce phénomène s’explique par le fait que les particuliers veulent parer à une impossibilité d’utiliser des chauffages au mazout et au gaz, faute de combustibles. «Mais la pénurie d’électricité joue également un rôle essentiel. Si le courant vient à manquer, la pompe à chaleur ne fonctionne pas non plus», explique Markus Heitzmann.

Le feu dans le salon pourrait donc bientôt retrouver son sens originel. Il ne s’agit plus seulement de la sensation de bien-être et d’intimité d’un feu de cheminée, explique Christoph Rutschmann de Feusuisse, l’association pour les chauffages domestiques. L’utilité du feu est à nouveau au centre des réserves de bois que de nombreux clients se constituent actuellement. «La population souhaite à nouveau avoir une plus grande sécurité énergétique. Il doit être possible de chauffer son propre foyer.» Par crainte de pénuries d’énergie, Feusuisse ressent, depuis le début de la guerre en Ukraine, une très forte augmentation de la demande pour tous les chauffages au bois dans les habitations.

Le chauffage à bois plaît

Jusqu’à présent, entre 500’000 et 600’000 chauffages domestiques à bois ont été installés en Suisse, selon Christoph Rutschmann. «Ceux-ci seront à nouveau plus utilisés à l’automne. La demande de bûches de feu augmente de manière significative» ajoute Christoph Rutschmann. Il est étonnant de constater qu’aujourd’hui encore, on utilise deux fois plus de bûches que de granulés de bois pour chauffer les habitations.

Mais les Suisses n’achètent pas seulement des bûches. Les pellets de bois sont également très appréciés. Gisela Keller, membre du comité de l’association de la branche suisse des pellets de bois Propellets.ch, déclare: «La demande de pellets de bois a augmenté de manière folle.» Elle ajoute que l’industrie enregistre depuis un an déjà un intérêt extrême pour les pellets. Mais l’hiver dernier, personne n’a dû grelotter parce qu’il n’était plus possible de livrer des pellets. «Cet hiver, la situation pourrait être différente et devenir un défi si l’hiver est froid. Mais s’il s’agit d’un hiver normal, il y aura suffisamment de pellets disponibles», déclare Gisela Keller.

(mwa/blu/jbm)

Ton opinion