Coronavirus - Ruée sur les chips pendant la pandémie
Publié

CoronavirusRuée sur les chips pendant la pandémie

Les grands distributeurs confirment une forte hausse des ventes de snacks salés. Selon «Blick», on le doit au fait que les gens sont davantage restés chez eux, à regarder la télévision, activité qui s’accompagne souvent de grignotage.

par
ofu
FEM

La crise du coronavirus semble avoir divisé la population en deux groupes bien distincts: d’un côté, il y a ceux qui ont profité du confinement pour entretenir leur forme, en faisant de l’exercice dans leur salon ou en allant courir. De l’autre, on retrouve les personnes ayant opté pour une solution plus tranquille: «flaquer» sur le canapé.

Neuf Suisses sur dix ont ainsi eu recours à une plateforme de streaming l’an dernier, selon une récente enquête, rappelle «Blick». Parmi les plus appréciées figurent les portails permettant de visionner des vidéos et des films tels que Netflix et YouTube. Et cela aurait eu des répercussions sur ce qu’on a mangé, écrit ce jeudi le média alémanique.

Selon une enquête réalisée par le journal, les Suisses ont consommé nettement plus de chips qu’avant la pandémie. «Les ventes de chips et de snacks ont fortement augmenté. Cette hausse a été constatée pour presque tous les produits appartenant à ces deux catégories. C’est dû au fait que les gens consomment davantage à la maison qu’avant», confirme ainsi Migros. Même son de cloche auprès du distributeur Coop. «Nous avons enregistré l’an dernier une forte demande pour les snacks salés», explique une porte-parole. Selon elle, la tendance n’est pas près de s’inverser. À l’heure actuelle, la demande se serait stabilisée à un haut niveau. Aldi Suisse affirme de son côté avoir dû adapter continuellement ses stocks de chips et de bâtonnets salés à la demande grandissante des consommateurs. Aucun des magasins n’a en revanche souhaité donner des chiffres concrets concernant la vente de ces produits.

Ton opinion