Actualisé 15.09.2007 à 17:02

Rugby: Samoa-Tonga, le duel polynésien

PARIS - Les Samoa ont plus à perdre que les Tonga dans le premier choc entre équipes polynésiennes de la Coupe du monde de rugby dimanche après-midi à Montpellier.

Les Samoa n'ont pas perdu devant leur voisin et rival tonguien depuis 2000 et n'ont perdu qu'à deux reprises face à eux depuis 20 ans. Il y a encore trois mois, les Saomans ont écrasé les Tonguiens (50-3) à Apia.

Michael Jones, l'entraîneur néo-zélandais des Samoa est, bien sûr, confiant dans les chances de son équipe d'aligner une dixième victoire d'affilée sur les Tonga. Il reste toutefois sur ses gardes.

«La Coupe du monde est une compétition spéciale», affirme Jones. «Nous les battons de 50 points lors de notre dernière confrontation mais ce serait dangereux pour nous d'aborder ce match avec des idées préconçues. Nous savons que ce sera très, très dur.»

Après la décevante défaite (7-59) face à l'Afrique du Sud lors du match inaugural -le plus lourd revers samoan en Coupe du monde- tout nouvel échec obligerait la formation de Jones à renoncer à son rêve de sortir du groupe A et d'atteindre les quarts de finale pour la première fois depuis 1995.

«Nous n'avons pas de pression. La pression est sur les Samoa car ils n'ont pas remporté leur premier match», asure le capitaine tonguien Nili Latu.

Les Tonguiens ont entamé leur campagne en battant relativement difficilement les «Eagles» américains (25-15), mercredi. Ils n'auront eu que quatre jours pour récupérer. Mais Kutisi Fielea, l'entraîneur tonguien, n'a procédé qu'à trois changements.

L'autre match de dimanche aura pour cadre le prestigieux Millennium Stadium de Cardiff et verra un opposition de style entre les Fidjiens, qui figurent parmi les rois du rugby de mouvement, et le Canada, dont le pack reste le point fort.

Ilie Tabua est prêt à risquer la réputation du rugby fidjien pour un rugby plus conventionnel s'il lui permet de battre les Canucks.

Difficiles vainqueurs du Japon (35-31) pour leur premier match, les Fidjiens n'ont pas conquis le public comme ils aiment le faire, ni contenté leur entraîneur.

«Je pense que l'on peut mieux faire que ce nous avons montré dans ce match», avance Tabua. «Nous avons commis des erreurs basiques sur et avons été notre propre ennemi.»

Les chances fidjiennes de terminer à l'une des deux premières places de la poule B sont infimes, mais Tabua veut les entretenir face au Canada.

Mais l'équipe dirigée par Ric Suggitt, en dépit de sa large défaite face au Pays de Galles (17-42), a fait bonne impression. Elle menait même à la pause avant de craquer physiquement.

«On va essayer de jouer quatre-vingt minutes et non plus soixante comme face aux Gallois», promet le capitaine canadien Morgan Williams. «Nous essaierons de conserver le ballon et avec de la chance les Fidjiens se fatigueront et nous pourrons exploiter leurs erreurs». (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!