Actualisé 09.11.2006 à 06:52

Rumsfeld peut maintenant être poursuivi pour son rôle dans la torture des prisonniers

La démission du secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld le rend vulnérable à des poursuites judiciaires, a estimé mercredi une association d'avocats défendant des détenus de Guantanamo (Cuba).

Elle souhaite déposer une plainte contre lui pour son rôle dans la torture.

«Il a été l'un des architectes du programme américain de torture. Et pour cela je suis vraiment content de le voir partir», a déclaré à l'AFP Michael Ratner, président du Centre pour les droits constitutionnels (Center for Constitutional Rights - CCR).

«C'est lui qui a autorisé toute une série de moyens de torture à Guantanamo, de l'utilisation des chiens à l'humiliation sexuelle (...). Ce type est mouillé jusqu'au cou dans l'autorisation de la torture», a-t-il ajouté.

Le CCR et plusieurs organisations de défense des droits de l'homme s'apprêtent à déposer une plainte pour torture contre M. Rumsfeld et d'autres devant un tribunal allemand, au nom du principe de juridiction universelle, qui avait notamment permis les poursuites contre Augusto Pinochet en Espagne.

La démission de M. Rumsfeld le prive de la possibilité d'invoquer la moindre immunité, et «ouvre la possibilité de poursuites et de plaintes contre lui à la fois aux Etats-Unis et à l'étranger», a ajouté M. Ratner.

Des procédures contre M. Rumsfeld ont déjà été engagées au nom de détenus de Guantanamo aux Etats-Unis. Mais M. Ratner a estimé qu'elles avaient peu de chances d'aboutir, compte tenu des usages de la procédure criminelle américaine.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!