Etats-Unis: Rupert Murdoch demande pardon pour une caricature
Actualisé

Etats-UnisRupert Murdoch demande pardon pour une caricature

Rupert Murdoch, président du groupe News Corp, propriétaire du New York Post, a présenté mardi ses excuses pour une caricature.

Selon ses détracteurs, le dessin assimilait le président Barack Obama à un chimpanzé.

Dans un communiqué paru dans le journal, Rupert Murdoch déclare que la publication du dessin, le 18 février, était une erreur ayant heurté de nombreuses personnes.

«Je souhaite aujourd'hui personellement présenter mes excuses à chaque lecteur qui s'est senti offensé, voire insulté. Nous tenons tous les lecteurs du New York Post en haute estime et je vous promets que nous nous efforcerons d'être plus attentifs aux sensibilités de notre communauté», écrit-il.

L'illustration, représentant un policier abattant un singe, faisait référence à un fait divers impliquant un chimpanzé domestique abattu par la police, survenu quelques jours auparavant dans le Connecticut.

Un policier représenté sur le dessin tenait ces propos: «Ils devront trouver quelqu'un d'autre pour rédiger le prochain plan de relance.» La publication du dessin est intervenue au lendemain de la promulgation par Barack Obama de la loi encadrant le plan de relance de 787 milliards de dollars de l'économie américaine.

Des manifestants, emmenés par le révérend et militant des droits civiques Al Sharpton, ont scandé «Stop au racisme» devant le siège de News Corp et appelé à l'emprisonnement de Murdoch.

Le journal a d'abord défendu son dessin en affirmant qu'il ne faisait que critiquer la classe politique de Washington dans son ensemble, mais Al Sharpton a répliqué que la caricature s'appuyait sur un cliché fort de l'histoire du racisme. (ats)

Ton opinion