Actualisé 21.10.2015 à 06:53

Elections fédérales

Rupture au sein de la droite

Face à l'union des partis de gauche, les formations bourgeoises ne parviennent pas à faire bloc.

de
Frédéric Nejad Toulami/jcu
Le candidat PLR vaudois ne sera pas soutenu par l'UDC.

Le candidat PLR vaudois ne sera pas soutenu par l'UDC.

Olivier Français était embarrassé, lundi soir, face aux critiques des délégués de l'UDC vaudoise. Le candidat du PLR au Conseil des Etats était venu auprès des «frères ennemis» en espérant recevoir le soutien officiel de leur congrès pour le 2e tour des élections, le 8 novembre prochain, face au ticket du PS et des Verts Géraldine Savary-Luc Recordon. En vain. Plus qu'un désamour passager, la rupture semble consommée dans de nombreux cantons entre la droite dite populiste (UDC et MCG) et la droite centriste (PDC et PLR), notamment depuis le vote du 9 février 2014 sur l'initiative contre l'immigration de masse.

En Argovie, le président du PLR suisse, Philipp Müller, est en lice contre le candidat de l'UDC. Le même cas de figure se répètera aussi à Zurich. Dans le canton de Vaud, le PLR avait refusé l'apparentement de ses listes avec celles de l'UDC. «Il faut aller au-delà de cela, car c'est contre-productif, insiste Frédéric Borloz, président du PLR vaudois. Malgré de grandes dissensions à gauche, le POP est allié aux socialistes, et même aux Verts. Serions-nous plus bêtes qu'eux?»

Président du PDC genevois, Sébastien Desfayes refuse une alliance avec le MCG et l'UDC: «Nous avons une idée de la Suisse diamétralement opposée. Nous sommes pour les bilatérales et eux pour un pays refermé sur lui-même.» Roger Golay, président du MCG, regrette: « Nous ne demandions pas un mariage, juste une alliance de circonstance. Ça va les mener à l'échec.»

«Il faut se boucher le nez»

«Je vous invite à voter PLR en vous bouchant le nez. Nous ne devons pas faire passer la gauche!» Nicolas Daïna a tenté, lundi soir au congrès de l'UDC Vaud, de calmer les esprits des délégués remontés contre le PLR. Ils ne pardonnent pas les attaques des radicaux Isabelle Moret et Fathi Derder contre leur parti. Or, celui-ci retrouvera son siège au National si le libéral-radical Olivier Français est élu le 8 novembre aux Etats. Une perspective qui en horripile un grand nombre au sein de la section vaudoise de l'UDC.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!