Actualisé 14.10.2015 à 20:25

Syrie

Russes et Américains cherchent un accord

Alors que l'armée de Bachar el-Assad avance dans Damas, les discussions reprennent afin de prévenir les collisions aériennes.

1 / 116
Le chef de l'Etat syrien, Bachar al-Assad, s'exprime pour la première fois sur l'accord de cessez-le-feu, qu'il estime «difficile». (16 février 2016)

Le chef de l'Etat syrien, Bachar al-Assad, s'exprime pour la première fois sur l'accord de cessez-le-feu, qu'il estime «difficile». (16 février 2016)

Keystone
Des tirs de missiles ont «tué près de cinquante civils dont des enfants et fait de nombreux blessés» dans «au moins» cinq établissements médicaux et deux écoles à Alep et Idlib (nord de la Syrie), a annoncé lundi l'ONU. (Lundi 15 février 2016)

Des tirs de missiles ont «tué près de cinquante civils dont des enfants et fait de nombreux blessés» dans «au moins» cinq établissements médicaux et deux écoles à Alep et Idlib (nord de la Syrie), a annoncé lundi l'ONU. (Lundi 15 février 2016)

AFP
Au moins dix-neuf personnes, dont quatre enfants, ont été tuées lundi lors de frappes de l'aviation, vraisemblablement russe, contre un hôpital soutenu par Médecins sans frontières, dans le nord de la Syrie.  Le raid a eu lieu à Hadiyé, une localité au sud de Maaret al-Noomane. (Lundi 15 février 2016)

Au moins dix-neuf personnes, dont quatre enfants, ont été tuées lundi lors de frappes de l'aviation, vraisemblablement russe, contre un hôpital soutenu par Médecins sans frontières, dans le nord de la Syrie. Le raid a eu lieu à Hadiyé, une localité au sud de Maaret al-Noomane. (Lundi 15 février 2016)

kein Anbieter

Les forces du régime syrien ont lancé mercredi une vaste opération pour repousser les rebelles des environs de Damas. Moscou annonce par ailleurs avoir procédé à plusieurs bombardements dans la région d'Alep.

Une source militaire syrienne a affirmé que les forces du régime avaient avancé mercredi à Jobar, à l'est de Damas, pour tenter de déloger les insurgés qui encerclent une grande partie de la capitale.

«Bande de sécurité»

«L'armée a commencé une opération militaire ce matin avec l'objectif d'élargir la bande de sécurité autour de secteurs contrôlés par l'armée», a affirmé cette source. «L'aviation syrienne est également en action mais pas l'aviation russe», selon elle.

En lançant son offensive contre Jobar, l'armée syrienne tente de reprendre un quartier stratégique qui ouvre directement sur le coeur de Damas et donne accès à la Ghouta orientale, une région agricole à l'est de la capitale dont la majorité des localités sont aux mains des rebelles.

Violents combats

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), l'aviation a effectué au moins huit raids sur Jobar. Au sol, le quartier était le théâtre de violents combats entre d'une part l'armée, les miliciens prorégime et le Hezbollah libanais et, d'autre part, le Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et des rebelles islamistes.

D'autres bombardements aériens et de l'artillerie ont visé plusieurs localités rebelles autour de Damas. Deux enfants ont notamment été tués à Douma, au nord-est de la capitale, selon l'OSDH.

Deux commandants des Gardiens de la révolution iraniens ont eux été tués lundi en Syrie, quelques jours après la mort dans ce pays d'un des hauts responsables de cette unité d'élite de l'armée, ont rapporté mercredi des médias iraniens.

Confusion à Alep

Sur le front d'Alep, l'ancienne capitale économique de la Syrie, l'EI profite de la confusion dans laquelle se trouvent les rebelles attaqués de toutes parts.

Moscou a affirmé mercredi avoir bombardé 40 «cibles terroristes» au cours des dernières 24 heures dans les provinces d'Alep (nord), Idleb (nord-ouest), Lattaquié (nord-ouest), Hama (centre) et Deir Ezzor (est).

Prévenir les accidents aériens

Par ailleurs, le ministère russe de la Défense a confirmé mercredi qu'un chasseur Soukhoï Su-30 s'était approché d'un appareil américain pour l'identifier visuellement, assurant qu'il «n'avait pas pour objectif d'intimider qui que ce soit». Il a cependant souligné que les appareils russes avaient «toutes les bases légales pour se trouver dans l'espace aérien syrien», le régime de Damas en ayant fait la demande à Moscou.

Au terme d'un troisième round de négociations, les militaires russes et américains se rapprochent d'un accord pour éviter des collisions aériennes au-dessus de la Syrie, a annoncé mercredi le ministère russe de la Défense. «Nous constatons le rapprochement de nos positions sur les points-clés du futur document», a déclaré le ministère, cité par les agences russes.

Cette cohabitation dans le ciel syrien, dans un contexte de tension internationale inédit depuis la guerre froide, a suscité la crainte d'incidents aux conséquences imprévisibles.

Eviter un conflit russo-américain

Sur le front diplomatique, l'ambassadeur de Russie en Syrie a soutenu mercredi que nombre de combattants présentés par les Occidentaux comme «rebelles» n'étaient que des «extrémistes» et des «terroristes».

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a appelé mercredi Washington et Moscou à éviter que leur engagement en Syrie ne se transforme en conflit russo-américain.

Les ambassadeurs des États-Unis et de la Russie à Ankara ont par ailleurs été convoqués mardi par les autorités turques pour les mettre en garde contre toute aide aux combattants kurdes syriens dans le cadre de leurs opérations contre l'EI.

Reprendre Ramadi

Par ailleurs, en Irak, les forces de sécurité ont réalisé des avancées significatives autour de Ramadi (ouest). L'offensive pour reprendre cette ville aux djihadistes de l'EI sera bientôt lancée, ont affirmé mercredi des officiers. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!