Ryanair annule des vols à Bâle pour faire pression sur les tarifs
Actualisé

Ryanair annule des vols à Bâle pour faire pression sur les tarifs

La compagnie aérienne Ryanair fait pression sur l'aéroport de Bâle en y supprimant des vols en novembre et en décembre.

La low-cost irlandaise veut obtenir de meilleurs tarifs pour faire face à la flambée des prix des carburants.

Cette mesure entraînera pour l'aéroport l'annulation de 204 vols et une réduction du trafic de passagers de 31 000 personnes, a fait savoir Ryanair jeudi. Elle prendra effet du 4 novembre au 18 décembre.

D'autres aéroports sont concernés à part EuroAirport: Budapest (Hongrie), Cracovie et Rzeszow (Pologne), Palma de Majorque et Valence (Espagne), ainsi que Salzbourg (Autriche).

EuroAirport parmi les plus chers

L'aéroport de Bâle figure parmi les plus chers d'Europe, souligne Ryanair. Elle estime que les coûts y sont de loin trop élevés par rapport aux frais que les voyageurs sont prêts à prendre en charge pour cette destination, en particulier l'hiver.

La combinaison de ces frais d'aéroport avec la hausse massive des prix des carburants fait qu'il est plus rentable, pour la compagnie, de laisser les avions au sol plutôt que de les faire voler vers Bâle, explique-t-elle dans un communiqué.

Ryanair a lancé un ultimatum à Euroairport: elle a envoyé une lettre demandant une réduction des prix pour la saison hivernale, mais l'aéroport a rejeté cette proposition. Du coup, «Ryanair n'a pas d'autre alternative que d'annuler ces trajets et développer ses affaires ailleurs» - D'où une baisse de revenu pour l'aéroport et une perte pour le tourisme bâlois et suisse, note la compagnie.

Les discussions devraient toutefois se poursuivre avec la direction de l'aéroport pour trouver un terrain d'entente, afin que la collaboration soit profitable à chacun tout au long de l'année, juge la firme irlandaise. Dans l'après-midi, personne n'était joignable à Euroairport pour commenter ces faits.

EasyJet prend le contrepied

A contrario, la compagnie low-cost EasyJet a saisi la balle au bond pour affirmer sa présence à Bâle. Dans l'après-midi, elle a diffusé un communiqué dans lequel elle se targuait de «sentir un vent ascendant» du côté de Bâle et vouloir, «même en hiver» garder à son programme et développer de telles destinations pour les voyageurs d'affaires ou les touristes friands de séjours urbains.

(ats)

Ton opinion