Suisse: S'aimer tout en militant séparément
Actualisé

SuisseS'aimer tout en militant séparément

A Fribourg, un PDC a été écarté du comité du parti car son épouse est, elle, engagée chez les Verts. Les couples «mixtes» n'ont pas forcément tous ce problème.

par
Caroline Gebhard
A gauche, le couple genevois, en 2009. A droite, les Vaudois.

A gauche, le couple genevois, en 2009. A droite, les Vaudois.

Chez Adrien Genecand et Louise Kasser, «on parle de politique, mais pas des affaires internes au parti». Tout simplement. Le conseiller municipal PLR genevois et la Verte, membre de la Constituante, sont en couple depuis trois ans. Mariés et parents d'un enfant, ils assurent qu'ils n'ont jamais rencontré de problème lié à leur appartenance politique.

Du côté de Fribourg, d'autres n'ont pas eu cette chance. Comme le révélait «La Liberté» jeudi dernier, Christophe Peisl n'a pas pu accéder au comité PDC de la ville. Sa candidature­ a été écartée, alors même que le président de la section l'avait invité à se mettre sur les rangs. En cause: l'engagement de son épouse, élue Verte au sein du Conseil général. En réaction, Christophe Peisl a démissionné du PDC suisse, fribourgeois et de toutes les sections dans lesquelles il œuvrait. «Il a raison, commente Adrien Genecand. Soit vous avez confiance en la personne et il n'y a pas de problème, soit ce n'est pas le cas et vous ne lui proposez pas de rejoindre le comité.»

Dans le canton de Vaud, un autre couple «mixte» s'illustre sur la scène politique. Nuria Gorrite, candidate socialiste au Conseil d'Etat, est la compagne d'Olivier Feller, conseiller national PLR. Tous deux ont pris le parti de ne pas évoquer publiquement cette relation. «Nous ne nous cachons pas, mais cela relève de notre sphère privée», tranche la Morgienne.

Ton opinion