Cormorans menacés: S'en prendre aux cormorans: «Inacceptable»
Actualisé

Cormorans menacésS'en prendre aux cormorans: «Inacceptable»

Les organisations de protection de la nature font recours au Tribunal fédéral pour protéger les cormorans de la réserve du Fanel, dans le lac de Neuchâtel.

Les cormorans de la réserve du Fanel ont du souci à se faire.

Les cormorans de la réserve du Fanel ont du souci à se faire.

A leurs yeux, les mesures de la Confédération pour réduire le nombre de ces oiseaux dans l'un des sites les plus protégés de Suisse sont «inacceptables».

La loi précise que des interventions sont possibles si des «dégâts insupportables» sont avérés, ont souligné l'Association suisse de la protection des oiseaux et Pro Natura dans un communiqué mardi. Les deux organisation sont notamment soutenues par la Protection suisse des animaux et la société «Nos Oiseaux».

Mais selon les recherches des défenseurs de la nature, la colonie de cormorans du Fanel n'est à l'origine que d'une petite partie des dommages qui leur sont attribués. Ces études démontrent par exemple que les poissons sont responsables de la moitié des trous dans les filets des pêcheurs.

Les organisations ajoutent que la destruction de nids affectera «inévitablement» d'autres oiseaux. Elles précisent aussi que le nombre de cormorans a déjà chuté de moitié par rapport à l'an passé, les populations d'une espèce s'autorégulant.

Les deux îles de la réserve du Fanel ont été construites dans le but d'accueillir des espèces rares comme le sterne pierregarin et la mouette rieuse. Mais les cormorans, réapparus en Suisse en 2001, y ont élu domicile: 259 des 600 couples de Suisse se sont installés sur les îles artificielles.

La multiplication de ces oiseaux piscivores est vécue comme un fléau par les pêcheurs. Ces derniers se plaignent que les cormorans vident le lac de ses poissons et occasionnent des dégâts aux filets.

(ats)

Ton opinion