Actualisé 08.01.2020 à 08:55

Ville de GenèveS'il est élu, Brandt versera 10% de sa paie aux bêtes

Le candidat PLR à la mairie juge les élus trop payés. Pour les chevaux, il dégaine son portefeuille.

de
Jérôme Faas
Simon Brandt est un grand défenseur du refuge de Darwyn.

Simon Brandt est un grand défenseur du refuge de Darwyn.

Pierre Albouy/Laurent Guiraud/TDG

«Je m'engage à verser chaque année 10% de mon salaire au Refuge de Darwyn (ndlr: sorte de SPA pour chevaux) ou à d'autres associations liées à la cause animale si je suis élu au Conseil administratif.» La démarche de Simon Brandt paraît aussi insolite que le don promis est conséquent: 25 000 fr. par an. Le candidat PLR à la mairie assure que son annonce faite mardi est dénuée d'opportunisme, malgré sa mise en prévention (lire l'encadré), car cohérente avec ses actes passés.

«Depuis 2018, j'ai versé tous mes jetons de présence de député au Refuge de Darwyn, soit près de 9000 fr. Et j'ai proposé, en 2018 comme en 2019, que la Ville lui alloue 150 000 fr. Les deux fois, la subvention a été votée en commission mais limitée à 25 000 fr. en plénière», se navre-t-il. S'il donne pour les animaux, c'est qu'il note «un déséquilibre entre les aides allouées aux humains et aux bêtes, ce qui est d'ailleurs normal». Et de rappeler qu'il se préoccupe aussi des hommes, puisqu'il avait par exemple, en 2018, «plaidé pour le financement à l'année de l'accueil des SDF».

Là, c'est au profit des animaux que Simon Brandt entend amputer son éventuel futur salaire. «J'ai toujours jugé les magistrats de la Ville trop payés. En 2015, j'avais ainsi déposé un projet pour réduire leur traitement de 25%. Je n'ai pas été suivi, mais avec mon salaire, je fais ce que je veux. Il faudrait me payer cher pour que je travaille à la mine, mais là, c'est ce que j'aime, quelle que soit ma rétribution, je ferai le même boulot.»

La politique pour oublier la justice

Simon Brandt a été prévenu le 14 décembre pour violations du secret de fonction. Le Parquet le suspecte d'avoir fait fuiter un rapport sur les frais des fonctionnaires de la Ville et d'avoir fouillé dans des fichiers de police pour le compte de Pierre Maudet. Il s'en défend vertement, arguant qu'il est désormais établi qu'il n'a pas eu accès au fichier P2K de la police. Il assure que son annonce n'a pas de lien avec ses démêlés judiciaires, mais admet être ravi de pouvoir parler de politique.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!