Belgique: «S'il n'avait pas été homo, je ne l'aurais pas tué»
Actualisé

Belgique«S'il n'avait pas été homo, je ne l'aurais pas tué»

La justice belge a reconnu jeudi un homme de 36 ans coupable d'assassinat à caractère homophobe. Une première dans le royaume.

À l'issue d'une semaine de procès, les jurés de la cour d'assises de Liège (sud-est) ont reconnu l'accusé, Raphaël Wargnies, coupable d'avoir tué de six coups de marteau un homosexuel de 61 ans qu'il avait choisi au hasard dans un parc de la ville en juillet 2012. Comme le veut la loi belge, la peine sera prononcée ultérieurement, après un réquisitoire du parquet et une plaidoirie de la défense qui auront lieu vendredi. Raphaël Wargnies encourt la prison à perpétuité, équivalente en Belgique à 30 ans de prison.

Le caractère homophobe ayant été reconnu, il pourrait aussi être condamné à être «mis à la disposition du gouvernement», ce qui permettrait de prolonger son incarcération de cinq ou 10 ans. Lors de son procès, Raphaël Wargnies a reconnu les faits sans ambiguïté. «Il y a bien préméditation. Ensuite, c'est bien un crime homophobe. S'il n'avait pas été homosexuel, je ne l'aurais pas tué», a-t-il expliqué.

L'accusé, qui vivait isolé dans une région rurale des Ardennes et qui souffrait d'une dépendance à l'alcool depuis l'âge de neuf ans, avait toujours dit avoir voulu «casser du PD» après avoir été victime d'un viol. Mais il est revenu à l'audience sur cette explication, ne se disant plus certain d'avoir été victime d'un viol (afp)

Ton opinion