Grande-Bretagne: «S'il te plaît, rentre à la maison»
Actualisé

Grande-Bretagne«S'il te plaît, rentre à la maison»

Les familles de trois lycéennes britanniques, sans doute parties rejoindre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie, ont lancé samedi des appels émouvants dans les médias.

Les trois adolescentes sont soupçonnées de vouloir rejoindre les combattants de l'EI en Syrie.

Les trois adolescentes sont soupçonnées de vouloir rejoindre les combattants de l'EI en Syrie.

Les trois amies, dont l'une, Kadiza, est âgée de 17 ans et les deux autres, Shamima et Amira, sont âgées de 15 ans, ont quitté leurs domiciles mardi et ont pris l'avion pour Istanbul à bord d'un avion de la compagnie Turkish Airlines. La Turquie est généralement le point d'entrée choisi par les militants occidentaux pour se rendre en Syrie.

Selon la police britannique, les trois jeunes filles, toutes trois poursuivant des études académiques, suivaient l'exemple d'un de leurs amis parti en décembre rejoindre le groupe Etat islamique.

Interrogées par la police

Selon les médias britanniques, les trois jeunes filles ont été interrogées par la police dans le cadre de l'enquête sur la disparition de leur ami, mais elles n'étaient pas elles-mêmes considérées comme des personnes susceptibles de suivre la même voie.

La famille de Amira Abase, 15 ans, a accepté samedi de révéler son identité en espérant pouvoir convaincre leur fille de revenir à la maison. «Tu es forte, intelligente, belle, et nous espérons que tu prendras la bonne décision. S'il te plaît, rentre à la maison», a lancé la famille dans son appel relayé par la police britannique.

La famille de la jeune Kadiza a dit «vivre un véritable cauchemar» depuis le départ de leur fille, tandis que la famille de Shamima l'avertissait que la «Syrie était un endroit dangereux». «Nous comprenons que tu veuilles aider ceux dont tu crois qu'ils souffrent en Syrie», a ajouté la famille, «tu peux les aider depuis chez toi, tu n'as pas besoin de te mettre toi-même en danger».

Selon des estimations des experts de la lutte contre le terrorisme environ une cinquantaine de femmes ont quitté la Grande-Bretagne pour rejoindre le groupe Etat islamique en Syrie.

(afp)

Ton opinion