S'il vous plaît, libérez mon mari!
Actualisé

S'il vous plaît, libérez mon mari!

La femme d'un cameraman de Fox News enlevé dans la Bande de Gaza a lancé un appel en faveur de sa libération.

Olaf Wiig, un cameraman néo-zélandais de 36 ans et le journaliste américain Steve Centanni âgé de 60 ans, ont été emmenés lundi dernier alors qu'ils se trouvaient dans leur véhicule près du siège des services de sécurité palestiniens.

Des étrangers ont déjà été enlevés par des militants palestiniens dans le passé, mais ont été rapidement relâchés. Les responsables de la sécurité palestinienne ont fait part de leur inquiétude quant à l'enlèvement des journalistes de Fox News dans la mesure où aucun ressortissant étranger n'a été retenu aussi longtemps auparavant.

De plus, les principales factions palestiniennes dans la Bande de Gaza ont toutes démenti leur implication dans le double enlèvement.

«Si quelqu'un détient une information, pouvez-vous nous en faire part s'il vous plaît, je veux tellement qu'il revienne à la maison,» a supplié la femme d'Olaf Wiig, Anita McNaught, journaliste freelance, dans un appel lancé à la télévision vendredi.

«Lui et son collègue, Steve, ne méritent pas ça. Ce sont des hommes bons et ils devraient pouvoir rentrer chez eux. S'il vous plaît, laissez-le rentrer à la maison. Je vous en prie,' a demandé Anita McNaught, retenant ses larmes. La jeune femme est arrivée dans la Bande de Gaza peu après avoir appris l'enlèvement de son mari.

Moustafa Wafi, un haut responsable de la sécurité palestinienne, a déclaré que cet enlèvement était inhabituel dans la mesure où aucune revendication n'a été formulée. «C'est la première fois que des ravisseurs ne s'identifient pas ou ne font pas de demandes», a-t-il observé.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a rencontré jeudi de hauts représentants des services de sécurité pour s'entretenir du double enlèvement, a déclaré un responsable sous couvert de l'anonymat. Il a refusé de préciser si les services de sécurité savaient où les deux hommes étaient retenus. (ap)

Ton opinion