Yverdon-les-Bains (VD): Sa «médiation» lors d'une rixe le mène au tribunal
Actualisé

Yverdon-les-Bains (VD)Sa «médiation» lors d'une rixe le mène au tribunal

Un cafetier est poursuivi pour entrave à l'action de la police. L'accusé dit avoir voulu jouer au pacificateur lors d'une bagarre à Halloween, en 2015.

par
apn
Des zombies en train de célébrer Halloween à Yverdon. Mais en 2015, cette fête a été émaillée de multiples incidents qui ont mis la police sur les dents.

Des zombies en train de célébrer Halloween à Yverdon. Mais en 2015, cette fête a été émaillée de multiples incidents qui ont mis la police sur les dents.

Keystone/Laurent Gillieron

Le président du Tribunal a entendu jeudi deux sons de cloche totalement différents. Il a la mission de déterminer lequel est le bon. Une célébrité locale yverdonnoise, cafetier et organisateur de concerts, est accusée d'avoir entravé l'action de la police durant Halloween 2015. Ce soir-là, aux bagarres qui éclatent aux quatre coins de la Cité thermale s'ajoute un important incendie. La police est sur les dents.

Sanction de la commission de police contestée

Une rixe, dont la cause n'est pas connue, éclate à côté de l'Hôtel de ville. Une trentaine de jeunes en viennent aux mains. Les deux premiers policiers sur place demandent des renforts qui ne tardent pas à arriver. C'est à ce moment, qu'un couple de quinquagénaires tombe sur la scène. «Un homme aviné s'en est mêlé. Il gênait l'intervention des agents. Il a dit que notre intervention était disproportionnée et que nous n'avions rien à faire là», a souligné le jeune appointé de police à l'origine du rapport de dénonciation. L'accusé nie. «Pris dans un mouvement de foule, j'ai demandé à une agente ce qui se passait. La femme qui était avec moi (Ndlr: élue responsable de la culture à Yverdon, à cette période) a décliné son identité et nous sommes rentrés», a soutenu le prévenu. Le cafetier a reçu, de la part de la commission de police, une amende de 250 francs et 50 francs de frais de dossier. Il a contesté ce verdict. La sanction a été réduite à 100 francs. Mais l'acteur culturel a renouvelé son opposition. L'affaire a donc atterri au Tribunal.

«Cette procédure me laisse un goût amer»

Entendue en tant que témoin, l'ancienne élue est formelle: «Nous étions là pour jouer les facilitateurs et féliciter la police pour son travail. D'autant plus que ce soir-là, j'avais reçu des SMS de ma collègue responsable de la police qui me signalait que les forces de l'ordre étaient sollicitées un peu partout. J'ai été étonnée que mon ami ait reçu une amende et moi pas. Cette longue procédure pour pas grand-chose me laisse un goût amer.»

«Indispensable à la démocratie»

Un journaliste, qui connaît l'accusé depuis plus de quarante ans,

a souligné le caractère militant et altruiste du cafetier. «Si une bagarre éclate, il est le premier à intervenir en tant que médiateur avec un taux de réussite qui n'a rien à envier à celui des professionnels. Il n'est pas aimé des autorités d'Yverdon car il fait des observations sur leur travail. Des personnes comme le prévenu sont indispensables au bon fonctionnement d'une démocratie», a martelé le journaliste.

Le verdict sera notifié aux parties dans les jours à venir.

Ton opinion