Blackbear: Sa signature par un label n'a pas bridé sa créativité

Publié

BlackbearSa signature par un label n'a pas bridé sa créativité

Au sommet de son succès, l'Américain Blackbear fait taire tous ceux qui lui reprochaient d'avoir vendu son âme au diable.

par
jde
«Hot Girl Bummer» de Blackbear a atteint 100 millions de streams en 60 jours sur Spotify.

«Hot Girl Bummer» de Blackbear a atteint 100 millions de streams en 60 jours sur Spotify.

Instagram

Tout au long de septembre et d'octobre 2019, sa tournée européenne (qui est passée par Zurich) s'est tenue dans des salles bondées. Sur Spotify, grâce aux succès de son dernier single en date, «Hot Girl Bummer» (17e titre le plus streamé en Suisse), et de l'album «Anonymous», Blackbear figure parmi les 100 artistes le plus écoutés du monde.

Jamais l'Américain n'avait bénéficié d'une telle cote. Avec ces réussites, le rappeur de 28 ans cloue le bec à certains de ses fans qui lui reprochaient d'avoir vendu son âme au diable en signant chez Interscope, filiale de la major Universal, en 2017. Auparavant, Blackbear avait mené une jolie carrière en tant qu'artiste indépendant. Il avait amassé un pactole en postant ses titres sur Sound­Cloud. En le voyant débarquer sur un gros label, certains avaient craint qu'il ne bénéficie plus d'une totale liberté de création. «Le deal ne porte que sur la distribution de ma musique, rien d'autre. Vous verrez, le meilleur reste à venir», avait promis Blackbear à l'époque. Ce n'étaient pas des paroles en l'air. 

Ton opinion