Gland (VD): Sabotage de pylône: pas d’éco-terrorisme ou d’anti-5G

Publié

Gland (VD)Sabotage de pylône: pas d’éco-terrorisme ou d’anti-5G

Mardi, la police cantonale vaudoise a donné de plus amples informations sur les investigations en cours après qu’un pylône a été saboté à Gland (VD), en août.

Des ouvriers travaillent à l’installation du nouveau pylône qui remplace le pylône qui a été saboté.

Des ouvriers travaillent à l’installation du nouveau pylône qui remplace le pylône qui a été saboté.

Keystone

L’enquête sur le sabotage du pylône de Gland (VD) a permis aux enquêteurs d’exclure l’utilisation d’un explosif ou d’un chalumeau. La police écarte également les pistes d’une action anti-5G ou de l’éco-terrorisme. Les auteurs n’ont pas encore été identifiés.

La chute a été volontairement causée par un procédé mécanique qui ne sera pas révélé pour l’instant dans l’intérêt de l’enquête, écrit la police cantonale mardi dans un point de situation. Le pylône ne comportant pas d’antenne, un acte dirigé contre le développement de la 5G en Suisse semble exclu.

Pas de victimes

En outre, même si un manifeste à caractère politique a été retrouvé non loin de l’endroit du sabotage, la piste de «l’éco-terrorisme» n’est pour l’instant pas privilégiée par les enquêteurs. Aucune revendication crédible ne nous est parvenue, a relevé Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale. Les investigations se poursuivent sous la direction du Ministère public vaudois.

Le 26 juin dernier, la police avait été avisée de la chute d’un pylône à très haute tension qui longe l’autoroute Lausanne-Genève peu avant Gland. Il avait heureusement basculé du côté opposé à la chaussée, sans faire de dégâts importants ou de victimes.

A six chiffres

L’utilisation d’explosifs ayant été évoquée dans un premier temps, les investigations ont été menées par Fedpol et la police vaudoise sous la direction du Ministère public de la Confédération (MPC). Leur usage ayant été exclu, le Parquet vaudois a repris la procédure le 23 juillet 2020, à la demande du MPC.

Le 11 août, Swissgrid a achevé la remise en état des lignes touchées. Elles ont pu être remises en service environ deux semaines plus tôt que prévu, a indiqué la société à Keystone-ATS. La stabilité du réseau a été garantie en permanence et il n’y a eu aucune défaillance de l’approvisionnement du réseau de transport.

Interrogée sur le montant des dommages, Swissgrid ne peut se prononcer pour l’instant. Un état de la situation sera établi après clarifications, y compris avec des tiers indépendants. Les coûts se situent cependant dans une fourchette à six chiffres, précise-t-elle.

(comm/ATS)

Ton opinion