Actualisé 06.11.2014 à 20:55

SuisseSacs plastiques bientôt payants ou interdits?

L'avenir du cabas pour faire ses courses et son shopping n'est pas assuré. Berne planche sur la question.

Les sacs plastiques pourraient disparaître des caisses ou devenir payants.

Les sacs plastiques pourraient disparaître des caisses ou devenir payants.

Tous les sacs réutilisables proposés dans les commerces suisses, dans tous les secteurs de vente, pourraient à l'avenir devenir payants, peu importe leur matière. Les sacs de caisse en plastique à usage unique seraient pour leur part interdits. L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) a précisé son projet d'application de la motion du conseiller national Dominique de Buman (PDC/FR).

Ces réglementations seraient assorties d'exception. Les sacs réemployables pourraient demeurer gratuits si le magasin informe le consommateur de leur usage multiple, afin de les sensibiliser, explique jeudi à l'ats Rebekka Reichlin, chargée d'information à l'OFEV, revenant sur une information parue dans les quotidiens «Tages-Anzeiger» et «Bund».

Le projet de modification d'ordonnance contient une autre nuance. Les sacs à usage unique proposés aux rayons fruits et légumes ne seraient pas frappés d'interdiction.

Dominique de Buman se dit globalement satisfait du traitement de son intervention. Cela n'avait pas été le cas en janvier: il avait alors estimé que l'OFEV travestissait sa motion.

L'OFEV a «revu sa copie»

L'office fédéral n'envisageait à ce moment-là que la fin de la gratuité des sacs de caisse, et voulait les rendre payants. Il avait «fait une erreur d'interprétation» et a depuis revu sa copie, salue le député.

Le démocrate-chrétien fribourgeois indique avoir été convié par l'OFEV à deux séances, en mars et en octobre, qui réunissaient les principaux acteurs concernés. Ces derniers peuvent en ce moment consulter le projet d'ordonnance, soumis par l'office fédéral. Une procédure d'audition doit se dérouler dès le premier trimestre 2015, selon Rebekka Reichlin.

Pour la Fédération romande des consommateurs (FRC), la motion de Dominique Buman était simple et facile à appliquer. Or l'OFEV en fait «un projet mammouth» qui n'a pas le soutien de la FRC en cet état, selon le secrétaire général de la FRC Matthieu Fleury, qui s'est exprimé au «19:30» de la RTS. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!