Chimie: Saint-Gobain n'est pas près de lâcher Sika
Actualisé

ChimieSaint-Gobain n'est pas près de lâcher Sika

Le bras de fer se poursuit entre le groupe français et le fabricant zougois de spécialités chimiques.

Sika tient son assemblée générale ce mardi 12 avril.

Sika tient son assemblée générale ce mardi 12 avril.

photo: Keystone/Archives/photo d'illustration

Pierre-André de Chalendar, directeur général de Saint-Gobain, a fait savoir, dans une lettre ouverte aux employés de Sika, qu'il maintenait son projet de prise de contrôle du fabricant zougois de spécialités chimiques.

Il a fait cette annonce alors que le groupe de Baar (ZG) tient mardi son assemblée générale.

Si l'opération devait aboutir, l'identité de Sika serait conservée, a souligné le patron du groupe français lundi soir dans sa missive. Il a également précisé qu'aucun licenciement ne serait prononcé et que la firme zougoise conserverait son siège social sur sol helvétique. L'entreprise restera aussi cotée à la Bourse suisse, a-t-il expliqué.

Selon Pierre-André de Chalendar, la justice helvétique a confirmé, en 2015, la légalité de la transaction. La question de la limitation des droits de vote de la holding Schenker-Winkler (SWH), voulue par le conseil d'administration de Sika, reste toutefois encore en suspens. La justice devrait prendre position cet été à ce sujet.

Dimanche, Paul Hälg, président du conseil d'administration de Sika, a indiqué que tous les administrateurs solliciteront un nouveau mandat lors de l'assemblée générale. Ces derniers sont opposés à la prise de contrôle de l'entreprise par Saint-Gobain. Le groupe avait déjà demandé, à la mi-mars, à ses actionnaires de rejeter la nomination de Jacques Bischoff, candidat de la holding familiale SWH.

Le bras de fer se poursuit

La lutte pour la prise de contrôle de la société sise à Baar (ZG) n'est pas près de s'arrêter. Pierre-André de Chalendar a également souligné, dans sa lettre, que l'accord entre sa firme et la famille Burkard avait été prolongé.

Pour rappel, en décembre 2014, Saint-Gobain avait conclu un contrat proposant 2,75 milliards de francs aux membres de la famille Burkard, héritière du fondateur de Sika, pour racheter leurs parts. Celles-ci, détenues via la holding familiale SWH, se montent à 16,1% du capital. Mais elles représentent 52,4% des droits de vote. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion