Nouvel An à Bangkok: Saint-Sylvestre tragique dans une discothèque
Actualisé

Nouvel An à BangkokSaint-Sylvestre tragique dans une discothèque

Au moins 58 personnes sont mortes et 243 ont été blessées, dont une de nationalité suisse, dans l'incendie à Bangkok d'une boîte de nuit où les clients fêtaient le Nouvel An.

Le drame s'est produit à la suite d'un spectacle pyrotechnique aux douze coups de minuit.

L'incendie a ravagé dans la nuit de mercredi à jeudi le club Santika dans le district d'Ekkamai, un quartier de divertissement de la capitale thaïlandaise.

Selon la police, 58 personnes ont été confirmées mortes. Un responsable des services de secours a ajouté que 243 personnes, dont 29 étrangers, avaient été blessées et admises dans 19 hôpitaux de la capitale pour des brûlures ou pour avoir inhalé de la fumée.

Une personne de nationalité suisse a été légèrement blessée, a indiqué jeudi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) à l'ATS. Elle pu quitter l'hôpital rapidement.

Le DFAE n'avait pas connaissance dans l'immédiat d'autres victimes suisses. L'ambassade suisse à Bangkok poursuit ses vérifications auprès des autorités thaïlandaises, a relevé un porte- parole, Jean-Philippe Jutzi.

Victimes pas encore identifiées

La police thailandaise a précisé qu'une trentaine de victimes, dont les corps ont été carbonisés, n'avaient pas encore été identifiées.

Une enquête sur les causes de l'incendie a été ouverte. Selon des témoins, des feux d'artifice auraient été distribués peu avant minuit aux convives, et auraient déclenché une explosion à leur mise à feu.

"Il semble que le feu ait pris dans la zone de l'estrade sur laquelle un groupe de musiciens jouait. Il y a eu un spectacle pyrotechnique et il semble qu'il soit à l'origine de l'incendie", a indiqué le lieutenant-colonel de la police Prawit Kantwol.

"La plupart des victimes sont décédées de suffocation, mais certaines ont été tuées dans la bousculade quand les gens ont tenté de sortir", a-t-il relevé.

Mouvement de panique

Le site internet du journal "The Nation" a publié le récit d'une rescapée. "J'ai d'abord pensé que c'était un effet" du spectacle pyrotechnique, "mais quelqu'un a commencé à crier 'au feu, au feu', il y a eu un mouvement de panique", a explique cette survivante, nommée Fah.

Jamais des feux d'artifice n'auraient dû être introduits dans le bâtiment, a jugé le Premier ministre Abhisit Vejjajiva, qui s'est rendu au chevet de blessés.

Manque de sorties de secours

Cet établissement de deux étages, fréquenté par l'élite de Bangkok, pouvait accueillir 1000 personnes, mais on ne sait pas encore combien s'y trouvaient quand l'incendie s'est déclenché.

Des responsables des pompiers ont affirmé que le bilan avait été aggravé par le fait que l'immeuble ne possédait pas assez de sorties de secours et que les fenêtres aux étages supérieurs étaient fermées avec des barres de fer.

"Il n'y avait qu'une sortie principale par le devant de l'immeuble. Les gens qui travaillaient sur place ont pu sortir par l'arrière parce qu'ils connaissaient les sorties mais les autres n'avaient aucune chance de se sauver", a précisé sur place le responsable des pompiers Wacharatpong Sri-Saard.

Proches sans nouvelles

Une centaine de personnes, dont des proches de personnes censées se trouver dans la boîte de nuit, se sont rassemblées à proximité jeudi matin dans l'attente de nouvelles.

Des dizaines de corps reposaient sur la chaussée enveloppés dans des linceuls blancs. Des camionnettes se suivaient pour les emmener.

(ats)

Ton opinion