Stupéfiants - Saisie de drogues record en Afrique et au Moyen-Orient
Publié

StupéfiantsSaisie de drogues record en Afrique et au Moyen-Orient

Une vaste opération policière impliquant de nombreux pays africains et de la péninsule arabique a permis de séquestrer pour 100 millions d’euros de marchandise.

Photo d’une précédente saisie.

Photo d’une précédente saisie.

Interpol

Des saisies de drogues d’une valeur de près de 100 millions d’euros (110 millions de francs) ont été réalisées en Afrique et au Moyen-Orient lors d’une vaste opération policière internationale en mars et avril, a annoncé ce lundi Interpol.

«Le trafic de drogues est une menace que nous combattons collectivement et les saisies massives opérées durant l’opération poisson-papillon montrent ce qu’il est possible de faire quand les forces de l’ordre luttent ensemble», a déclaré dans un communiqué Jürgen Stock, secrétaire général de l’organisation internationale de police criminelle dont le siège est à Lyon.

Mobilisant les polices et les douanes de 41 pays différents, ce large coup de filet, qui s’est déroulé en mars et avril sur une période de deux semaines, a permis l’arrestation de 287 personnes sur le continent africain, notamment dans le Nord, et au Moyen-Orient.

Sur les drogues saisies, 973 briques de cocaïne d’une valeur totale de 32 millions d’euros (34 millions de francs) ont été notamment retrouvées au large de la côte ouest de l’Afrique du Sud, à bord d’un bateau de pêche. Et 17 tonnes de résine de cannabis, dont la valeur marchande estimée est de 31 millions d’euros (35 millions de francs suisses), ont été confisquées dans des entrepôts à Niamey au Niger, soit la plus grande saisie de drogues de l’histoire du pays. Provenant du Liban, le stupéfiant devait être réceptionné en Libye.

En outre, plus de 4,5 millions de tablettes de Tramadol, un puissant opioïde détourné de sa finalité médicale, 10’000 stéroïdes et 200 kilos d’amphétamines ont été récupérés lors de l’opération. Les policiers ont également retrouvé des pangolins vivants, des véhicules, des diamants bruts et des cigarettes de contrebande.

Jusqu’en Angola

Parmi les pays impliqués dans l’opération policière, outre le Niger et l’Afrique du Sud, on retrouve notamment l’Angola, Bahreïn, le Bénin, le Botswana, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Cap-Vert, l’Arabie saoudite ou encore les Seychelles.

Conduite par Interpol, l’opération «poisson-papillon» a été financée par la Fondation Interpol «pour un Monde plus Sûr» et les Émirats-Arabes-Unis. Elle est également soutenue par l’Union européenne.

(AFPE)

Ton opinion