Attentats de Paris: Salah Abdeslam a gardé le silence face aux juges
Actualisé

Attentats de ParisSalah Abdeslam a gardé le silence face aux juges

Le seul auteur encore vivant des attentats de novembre 2015 à Paris est arrivé jeudi matin au palais de justice de la capitale.

1 / 150
Quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015, les victimes se reconstruisent pas à pas, en attendant le procès. (Mercredi 13 novembre 2019)

Quatre ans après les attentats du 13 novembre 2015, les victimes se reconstruisent pas à pas, en attendant le procès. (Mercredi 13 novembre 2019)

Keystone
L'avocat d'Abdeslam demande à ce que le procès où doit comparaître le seul survivant du commando des attentats de Paris, prévu lundi prochain à Bruxelles, soit reporté. D'autre part, «le transfèrement de Salah Abdeslam et sa remise aux autorités judiciaires belges est annulée», a affirmé de son côté sur son site internet la chaîne publique RTBF. Le prévenu ne sera pas extrait de sa cellule en France pour l'audience en Belgique. (13 décembre 2017)

L'avocat d'Abdeslam demande à ce que le procès où doit comparaître le seul survivant du commando des attentats de Paris, prévu lundi prochain à Bruxelles, soit reporté. D'autre part, «le transfèrement de Salah Abdeslam et sa remise aux autorités judiciaires belges est annulée», a affirmé de son côté sur son site internet la chaîne publique RTBF. Le prévenu ne sera pas extrait de sa cellule en France pour l'audience en Belgique. (13 décembre 2017)

AFP/archive/photo d'illustration
Salah Abdeslam, seul survivant des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, sera remis à la Belgique le temps de son procès pour une fusillade pendant sa cavale, mais des discussions continuent sur les conditions de ce transfert sous haute sécurité. (27 novembre 2017)

Salah Abdeslam, seul survivant des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, sera remis à la Belgique le temps de son procès pour une fusillade pendant sa cavale, mais des discussions continuent sur les conditions de ce transfert sous haute sécurité. (27 novembre 2017)

AFP

Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats parisiens du 13 novembre, «a exercé son droit au silence» face au juge jeudi matin, a déclaré son avocat Frank Berton, tout en disant avoir «bon espoir» qu'il finisse par répondre à la justice. Pour la troisième fois devant le juge, «il a exercé son droit au silence pendant l'interrogatoire qui a duré environ 1h30», a indiqué devant les journalistes l'avocat français au côté de son confrère belge Sven Mary, qui n'a pas souhaité s'exprimer. «Ce droit lui appartient, il n'est pas contestable», a justifié l'avocat.

Le parquet de Paris a confirmé à l'AFP que Salah Abdeslam avait gardé le silence face aux questions du juge. «On a bon espoir qu'un jour ou l'autre Salah Abdeslam réponde aux questions du juge» mais «ce n'est pas pour aujourd'hui». Selon l'avocat, «un autre rendez-vous sera certainement fixé par le juge d'instruction».

Surveillance contestée

Frank Berton a de nouveau indiqué que la vidéosurveillance 24h/24h de son client, confirmée fin juillet par le Conseil d'Etat expliquait «à l'évidence» son mutisme.

«Cela a toujours eu une influence sur son attitude dans le cadre de cette instruction», a-t-il indiqué, en précisant que cette question fera l'objet probablement d'un prochain débat. «L'arrêté de vidéosurveillance est valable trois mois et un nouvel arrêté devrait être pris prochainement par le Garde des Sceaux», a expliqué Me Berton en ajoutant: «je crois savoir qu'il (Abdeslam) va également l'attaquer».

L'unique membre encore en vie des commandos du 13 novembre a été extrait de sa cellule de Fleury-Mérogis (sud de Paris) au petit matin et son convoi, sous surveillance maximale, était arrivé vers 07H30 au palais de justice de Paris, selon une source proche du dossier. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion