Belgique: Salah aurait été aperçu fuyant vers l'Allemagne
Actualisé

BelgiqueSalah aurait été aperçu fuyant vers l'Allemagne

Les investigations se poursuivent en Belgique pour retrouver plusieurs suspects dont Salah Abdeslam, recherché pour son rôle dans les attentats de Paris.

1 / 277
kein Anbieter
23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation.

23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation.

BFM TV
16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015.

16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015.

Capture d'écran BFM TV

La police belge a mené dimanche 22 perquisitions dans la région de Bruxelles, toujours en état d'alerte, et arrêté 16 personnes.

«Il est clair que l'action n'est pas encore terminée», a lancé ce matin le ministre belge de l'Intérieur, Jan Jambon, sur les ondes de radio francophone RTBF. Il a refusé de donner des détails sur les investigations en cours, au lendemain d'opérations de police d'envergure qui ont donné lieu à 16 interpellations.

«Tout le monde sait qu'il y a un certain danger avec lui, donc oui, c'est une cible importante», a déclaré M. Jambon. «C'est difficile pour moi de donner des détails sur l'enquête à ce stade, c'est trop sensible», a-t-il observé, refusant de commenter des informations de presse selon lesquelles Salah Abdeslam aurait été aperçu fuyant vers l'Allemagne.

Ce Français de 26 ans, résidant en Belgique, a au moins joué un rôle de logisticien dans les attentats de Paris qui ont fait 130 morts. Son frère Brahim s'est fait exploser dans un restaurant parisien le 13 novembre.

Niveau d'alerte réévalué en journée

Le ministre a malgré tout exhorté les Bruxellois notamment, dont la ville est au plus haut niveau d'alerte, le niveau 4 (menace «imminente et sérieuse»), à poursuivre leur routine. «On prend les mesures qui sont nécessaires pour garantir la sécurité des gens. Mais la vie doit continuer à Bruxelles, la vie économique et la vie sociale. Le service public reste ouvert aujourd'hui, les fonctionnaires viennent travailler. La vie quotidienne doit continuer», a insisté M. Jambon.

L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam), qui est chargé de jauger le niveau d'alerte, doit procéder à une nouvelle évaluation dans la journée. A partir de celle-ci, le gouvernement décidera ou non de maintenir ses mesures d'urgence, comme la fermeture du métro, mais aussi des écoles, des crèches et universités.

«Ce que nous redoutons, c'est une attaque similaire à celle de Paris, avec plusieurs individus qui lancent des offensives à plusieurs endroits en même temps», a dit le premier ministre Charles Michel, à l'issue d'une réunion du conseil national de sécurité.

Retour au calme à Molenbeek

Parmi les 22 perquisitions réalisées dimanche en Belgique, certaines ont eu lieu à Molenbeek-Saint-Jean, quartier pointé du doigt depuis le début des enquêtes, pour ses liens avec des réseaux djihadistes.

En milieu de nuit, les communes de Molenbeek et Schaerbeek, où se sont notamment déroulées les opérations, avaient retrouvé leur calme, ont constaté des journalistes de l'AFP. (nxp/afp)

Cinq nouvelles interpellations lundi matin en Belgique

Cinq personnes ont été interpellées lundi matin à l'occasion de nouvelles opérations antiterroristes dans la région de Bruxelles et de Liège (sud-est de la Belgique), ce qui porte à 21 le nombre total d'arrestations depuis dimanche soir, a annoncé le parquet fédéral.

«Dans le cadre de l'opération menée hier (dimanche) soir, cinq perquisitions supplémentaires ont été effectuées ce matin en région bruxelloise et deux en région liégeoise. Cinq personnes ont été privées de liberté lors de ces perquisitions», a indiqué le parquet dans un communiqué.

(NewsXpress)

Ton opinion