Actualisé 11.10.2017 à 20:35

Genève

Salaires de l'Etat modifiés et femmes gagnantes?

Le Canton veut changer le système d'évaluation de l'administration. Le secteur de la santé y gagnerait. Les syndicats dénoncent un projet «injuste».

de
nxp/dra
L'objectif pour le Conseil d'Etat est d'avoir un système équitable, cohérent et global. (Mercredi 11 octobre 2017)

L'objectif pour le Conseil d'Etat est d'avoir un système équitable, cohérent et global. (Mercredi 11 octobre 2017)

Keystone/Archive

Le Conseil d'Etat genevois a bouclé le projet SCORE de refonte du système d'évaluation et de rémunération de l'administration cantonale. Le salaire d'une majorité des personnes concernées augmentera, surtout dans la santé et le social.

«Personne ne verra son revenu baisser. S'il y a des changements, c'est à la hausse», a souligné mercredi devant les médias le conseiller d'Etat Serge Dal Busco, en charge des finances, lors de la présentation du projet SCORE (Système, Compétence, Rémunération et Evaluation). De fait, 57% des personnes en poste verront leur salaire augmenter durant une période transitoire de six ans. Mais dès l'entrée en vigueur de la réforme, prévue en 2019, les rémunérations à l'engagement seront moindres.

La nouvelle grille salariale bénéficiera surtout aux femmes, plus nombreuses dans les métiers de la santé et du social. La revalorisation de certaines fonctions sera aussi favorable à 60% des employés dans le bas et le milieu de l'échelle salariale. En revanche, 35% des plus de 45'000 fonctionnaires verront leur progression salariale temporairement suspendue et 8% ne subiront pas d'effet.

Système obsolète

En vigueur depuis 1974, le système d'évaluation des fonctions de l'Etat de Genève est devenu obsolète. Il établit 2500 fonctions, dont 700 n'existent plus. Sa refonte liste 147 emplois références regroupés en 23 domaines professionnels. Elle remplace les 30 classes salariales par 20 niveaux de salaires et introduit une progression salariale linéaire, au lieu de deux niveaux.

L'objectif est d'avoir un système équitable, cohérent et global, à l'image de ceux mis en place par les cantons de Vaud et de Bâle-Ville ainsi que par les Villes de Lausanne, Neuchâtel et Zurich. Le projet doit désormais être étudié par le Grand Conseil genevois.

Projet «délirant»

Pour le Cartel du personnel de l'Etat et du secteur subventionné, SCORE est «délirant, abusif et inéquitable». Il provoquera «des baisses de salaire annuel jusqu'à 12% dans certains secteurs» et impactera surtout les bas revenus, selon les syndicats de la fonction publique. Ceux-ci accusent en outre le Conseil d'Etat d'avoir coupé court aux discussions, en présentant unilatéralement son projet de loi, ce mercredi. Ils exigent son retrait et appellent à la mobilisation du personnel. Une assemblée aura ainsi lieu le 7 novembre.

Enfin, le Cartel évoque une «déclaration de guerre» de la part du Canton. Des propos qui font bondir le conseiller d'Etat chargé des finances: «Notre projet permettra à une majorité des collaborateurs d'augmenter leur salaire, martèle Serge Dal Busco. J'ai de la peine à comprendre qu'il puisse être interprété comme un acte belliqueux à l'encontre de la fonction publique». (nxp/dra/ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!