Actualisé 23.03.2016 à 07:23

SuisseSalaires élevés pour les jeunes universitaires

Selon un sondage, 58% des entreprises proposent un salaire d'entrée supérieur à 80'000 francs par an. C'est bien mieux qu'ailleurs en Europe.

En Suisse, la fourchette de premier salaire des universitaires s'inscrit entre 80'000 et 94'999 francs.

En Suisse, la fourchette de premier salaire des universitaires s'inscrit entre 80'000 et 94'999 francs.

photo: Keystone

En comparaison européenne, les jeunes universitaires en Suisse gagnent très bien leur vie après leur formation. Selon un récent sondage de l'institut allemand Staufenbiel, 58% des entreprises proposent un salaire d'entrée supérieur à 80'000 francs par an.

En Suisse, la fourchette de premier salaire s'inscrit entre 80'000 et 94'999 francs, révèle une enquête de l'institut basé à Cologne, réalisée pour la première fois auprès d'employeurs helvétiques. En Allemagne, selon la même source, la fourchette moyenne se situe entre 40'000 à 50'000 euros (43'600 et 54'600 francs).

Seules 7% des plus de 80 entreprises interrogées en Suisse proposent moins de 60'000 francs annuels à leurs jeunes diplômés. Quelque 3% offrent en revanche plus de 100'000 francs de rémunération de départ. Dans 63% des firmes, les titulaires d'un «master» gagnent davantage que ceux d'un simple «bachelor».

Candidatures en ligne

En 2016, ces mêmes employeurs prévoient de recruter environ 1000 universitaires. Les économistes sont de loin les plus demandés (36,2%), devant les ingénieurs (24,6%) et les informaticiens (16%).

Quant aux chances d'embauche, un dossier reçu sur quatre aboutit à un entretien, selon le sondage. Et 14% des entretiens se concluent par une offre d'emploi ferme. Les notes obtenues aux examens ne jouent un rôle que pour 46% des sondés.

Désormais, les recruteurs privilégient le courriel et la candidature en ligne. A peine un tiers des répondants acceptent encore des dossiers envoyés par la poste.

L'enquête Staufenbiel Job Trends 2016 au niveau helvétique a été réalisée entre août et octobre 2015. Ensemble, les firmes participantes occupent plus de 2,2 millions de salariés dans le monde, dont plus de 230«000 en Suisse. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!