Vernier (GE): Salaires français pour des livraisons à Ikea: c'est fini
Actualisé

Vernier (GE)Salaires français pour des livraisons à Ikea: c'est fini

La collaboration du géant du meuble avec une société aux paies françaises avait fâché la commune. La situation semble réglée.

par
David Ramseyer
L'implantation de l'entreprise suédoise à Vernier (GE), en 2010, supposait l'emploi en priorité de travailleurs de la commune ou du canton.

L'implantation de l'entreprise suédoise à Vernier (GE), en 2010, supposait l'emploi en priorité de travailleurs de la commune ou du canton.

Keystone/Martial Trezzini

Après avoir été «outrée par la manière de faire» d'IKEA, la municipalité de Vernier (GE) est aujourd'hui plus apaisée. Une réunion lundi semble avoir réglé la polémique née en janvier dernier. À cette date, le magasin suédois, qui avait promis d'embaucher localement lors de son arrivée en 2010, entamait une collaboration avec la société Trusk, qui gère un service de livraison externe. Hic: elle employait pour son interface à Vernier du personnel venu de France, avec un salaire français.

Lors de la rencontre en début de semaine, Trusk a indiqué que le tarif appliqué correspondait désormais aux normes suisses. L'un de ses directeurs, Sébastien Tronel, précise aussi que «notre actuel hôte d'accueil à Ikea est français, mais nous sommes en train de recruter un remplaçant sur le marché local». La société espère une embauche pour début avril.

«Nous resterons attentifs»

Porte-parole du géant du meuble, Manuel Rotzinger rappelle que la collaboration avait débuté par une phase de test: «Nous savions que cette situation était temporaire. Les changements ont désormais été opérés, nous sommes satisfaits.» L'entreprise ajoute qu'elle juge «important d'être en bons termes avec la commune».

À la suite de cette polémique, le Département cantonal de l'emploi est intervenu. Après vérifications, «nous avons reçu les assurances que la situation était conforme aux usages», indique son porte-parole Laurent Paoliello. L'État précise qu'il restera vigilant. Idem pour le maire PLR de Vernier, Pierre Ronget: «Nous serons attentifs. Nous avons dans notre commune des chômeurs et des apprentis à placer.»

Ton opinion