Suisse: Salariés à temps partiel: petite fleur du National
Actualisé

SuisseSalariés à temps partiel: petite fleur du National

Trop de salariés à temps partiel deviennent tributaires de l'aide sociale après leur retraite, une situation qui touche avant tout les femmes.

L'initiative parlementaire de Christa Markwalder (PLR/BE) doit maintenant convaincre aux Etats.

L'initiative parlementaire de Christa Markwalder (PLR/BE) doit maintenant convaincre aux Etats.

Keystone

L'obligation de s'assurer auprès d'une institution de prévoyance professionnelle doit s'étendre aux salariés à temps partiel. Jugeant leur situation insatisfaisante, le Conseil national décidé tacitement lundi de donner suite à une initiative parlementaire de Christa Markwalder (PLR/BE) en ce sens.

La commission de la sécurité sociale du Conseil des Etats, en revanche, s'y était opposée. La Chambre des cantons devra maintenant trancher.

Trop de salariés à temps partiel deviennent tributaires de l'aide sociale après leur retraite. Une situation qui touche avant tout les femmes, souligne Mme Markwalder, selon laquelle la situation est d'autant plus incompréhensible pour un salarié cumulant les temps partiels.

Une personne qui partage son temps de travail mensuel entre trois employeurs et gagne chez chacun d'eux un peu moins de 24'000 francs par an, le plancher à partir duquel le 2e pilier devient obligatoire, ne touchera pas de rente LPP. Elle passera entre les mailles du filet social, malgré un revenu de quelque 70'000 francs et un taux d'occupation de près de 100%, a constaté Mme Markwalder.

Le texte de l'initiative de la Bernoise prévoit que les employeurs se mettent d'accord pour désigner celui qui gérera l'assurance. Les autres employeurs verseraient à l'institution de prévoyance correspondante les cotisations de part et d'autre. Si les patrons ne parviennent pas à s'entendre, celui chez qui le salarié a le taux d'occupation le plus élevé devient l'employeur responsable.

Prochaine révision

La commission du Conseil des Etats, même si elle reconnaît que la situation des personnes à temps partiel n'est pas optimale, a estimé pour sa part qu'il faut chercher une solution dans la prochaine révision de l'AVS/LPP.

Après le rejet de la réforme Prévoyance vieillesse 2020 le 24 septembre dernier, le Conseil fédéral a décidé d'élaborer deux projets distincts, l'un pour l'AVS et l'autre pour la prévoyance professionnelle. Les bases de la réforme du deuxième pilier devront être élaborées en collaboration avec les partenaires sociaux.

A l'instar de sa commission, le Conseil national est convaincu de la nécessité de légiférer dans le sens de l'initiative parlementaire afin d'améliorer la situation des travailleurs à temps partiel dans la prévoyance professionnelle au moyen de mesures ciblées. Il s'agit aussi d'envoyer un message en ce sens aux partenaires sociaux. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion