Les Suisses de plus en plus stressé au travail

Publié

Conditions de travailSalariés de plus en plus stressés mais aussi de plus en plus satisfaits

Travail.Suisse a sorti les résultats de son baromètre annuel des conditions de travail. Le syndicat fait des constats ambivalents et appelle à des mesures.

par
Yannick Weber
Un grand nombre de salariés s’attendent à ce que leur charge de travail augmente encore.

Un grand nombre de salariés s’attendent à ce que leur charge de travail augmente encore.

20min/Simon Glauser

On peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein: les résultats de l’édition 2021 du «Baromètre Conditions de travail», publiés lundi, montrent des résultats qui vont dans tous les sens. D’une part, les travailleurs signalent un niveau de stress jamais atteint auparavant et des craintes très larges que leur charge de travail va encore augmenter. De l’autre, un grand nombre d’indicateurs font état d’améliorations: meilleure confiance dans l’avenir professionnel, sentiment d’être encouragé ou encore bonne conciliation entre vie pro et privée pour n’en citer que quelques-uns.

Du stress mais aussi de la reconnaissance

Du point de vue de la santé, c’est surtout la question du stress qui est au centre. «L’ampleur du stress atteint un record absolu: 44,1% des travailleurs sont souvent ou très souvent stressés par leur travail», relève l’étude. «Les employeurs doivent être plus attentifs à ce fait et réduire l’intensité du travail. Les assurances sociales devraient en outre pouvoir exercer un recours contre ceux qui n’ont pas rempli leur devoir de diligence en cas de maladies causées par une charge de travail excessive», appelle Travail.Suisse, qui milite pour «une conception plus humaine du travail». 

Bonne nouvelle toutefois: hormis le stress, les travailleurs semblent aller mieux. L’étude constate par exemple que la peur de perdre son emploi diminue. Que les employeurs sont perçus comme nettement plus honnêtes et équitables qu’avant la pandémie. Que le sentiment que son travail a un sens et est reconnu, que ce soit par la société ou par la hiérarchie, est en hausse, tout comme la perception des possibilités de progression.

Femmes moins bien loties

La pandémie et ses traces

Ton opinion

91 commentaires