États-Unis - Sale coup pour une chaîne pro-Trump en pleine ascension
Publié

États-UnisSale coup pour une chaîne pro-Trump en pleine ascension

Le service de télévision par abonnement DirecTV a décidé de ne pas renouveler son contrat avec One America News Network (OAN), un média américain ultra-conservateur et conspirationniste.

par
Joëlle Mermoud
OAN tente de grignoter des parts de marché à la référence des médias conservateurs, Fox News.

OAN tente de grignoter des parts de marché à la référence des médias conservateurs, Fox News.

AFP

Un service majeur de télévision a décidé de lâcher OAN, une chaîne pro-Trump. «Après une évaluation de routine en interne, nous avons informé Herring Networks (le propriétaire de OAN, ndlr) que nous n’avons pas l’intention de signer de nouveau contrat quand l’actuel parviendra à expiration», a déclaré un porte-parole de DirecTV vendredi.

L’accord devrait prendre fin en avril prochain, d’après une source proche du dossier. DirecTV, qui appartient au géant américain des télécommunications AT&T, n’a pas détaillé les raisons de sa décision.

OAN fait partie des nouveaux acteurs ultra-conservateurs de l’information télévisée, qui tentent de grignoter des parts de marché à la référence Fox News. Comme Newsmax ou Real America’s Voice, la chaîne a refusé de reconnaître la défaite de Donald Trump à l’élection présidentielle en novembre 2020, relayant les théories conspirationnistes de fraudes électorales formulées par l’ancien chef d’État.

Fake news

Mi-novembre 2020, la présentatrice d’OAN Christina Bobb assurait par exemple que les démocrates avaient «préparé un coup d’État contre le président des États-Unis». Donald Trump lui-même avait invité ses supporters à se tourner vers OAN et Newsmax et de plus en plus de personnalités républicaines de premier plan acceptent des invitations sur ces deux antennes.

La chaîne a vu ses audiences grimper dans la foulée du scrutin, mais la décision de DirecTV est un coup dur, car c’est son plus gros distributeur, d’après les médias américains spécialisés. Il y a un an, quand des partisans de Donald Trump avaient envahi le Congrès pendant la cérémonie de certification de la victoire du démocrate Joe Biden, OAN et Newsmax avaient dénoncé, sans aucun élément à l’appui, l’infiltration supposée de groupuscules d’ultragauche.

(AFP)

Ton opinion