Crise au Yémen: Saleh promet une élection présidentielle
Actualisé

Crise au YémenSaleh promet une élection présidentielle

Le président yéménite Ali Abdallah Saleh a annoncé qu'il s'engageait à organiser une élection présidentielle libre et directe pour sortir le Yémen de la crise qu'il traverse.

Le président Saleh est toujours en exil en Arabie saoudite.

Le président Saleh est toujours en exil en Arabie saoudite.

Selon M. Saleh, convalescent, se trouvant toujours en Arabie saoudite, cette élection aurait lieu dès que possible. Mais le président, qui occupe le pouvoir depuis 33 ans, n'a pas fourni de date précise pour la tenue du scrutin. Le président yéménite avait été blessé lors d'un attentat contre son palais le 3 juin dernier.

«Nous sommes déterminés à aller de l'avant pour parvenir dès que possible à des arrangements pour organiser une élection générale libre et directe pour désigner un nouveau président de la République», a affirmé le président yéménite dans un communiqué.

«Dans un futur le plus proche possible nous trouverons différents moyens constitutionnels qui nous aideront à surmonter cette dangereuse phase de l'histoire de notre peuple et qui menace notre unité, notre liberté et notre démocratie», poursuit le communiqué.

Le 16 août dernier, M. Saleh avait annoncé qu'il serait prochainement de retour dans son pays. Il est aujourd'hui toujours en exil en Arabie saoudite pour la suite de son traitement médical.

Refus répétés

L'Arabie saoudite avait été l'artisan d'un plan soutenu par le Conseil de coopération du Golfe (CCG) pour sortir le Yémen de l'impasse politique en organisant notamment le départ de M. Saleh. Mais ce dernier a refusé trois fois de signer ce protocole à la dernière minute, laissant son pays dans une situation de blocage.

Au mois de juillet, le Conseil de sécurité de l'ONU avait plaidé en faveur d'un «processus de transition politique complet, ordonné et organisé par les Yéménites».

De son côté, l'opposition yéménite a refusé toute négociation avec le gouvernement tant que le chef de l'Etat n'a pas entériné le plan de transition du CCG. (ats)

Ton opinion