Football – Samir Nasri profite bien de sa retraite
Publié

FootballSamir Nasri profite bien de sa retraite

Lors d’un match de charité, l’ancien milieu offensif français s’est distingué par son embonpoint. Moins d’un mois après avoir annoncé la fin de sa carrière.

par
Sport-Center
Samir Nasri participait au «match des héros» à Marseille, mercredi soir.

Samir Nasri participait au «match des héros» à Marseille, mercredi soir.

AFP

Samir Nasri serait-il le nouveau Maradona? Rassurez-vous, on ne parle pas là de talent balle au pied, bien que l’ancien international français (41 sélections) en soit pétri. Par contre, ce dernier supporte largement la comparaison au sujet de la transformation physique opérée post-carrière.

Le «Pibe de Oro» est l’exemple le plus frappant des ravages causés sur le corps par l’arrêt du football de haut niveau ainsi que les excès qui s’ensuivent. Nasri semble emprunter la même voie.

Ce mercredi, l’ancien joueur d’Arsenal et Manchester City participait au «match des héros» à Marseille, une rencontre caritative en faveur de l’Unicef et de la fondation Drogba opposant des légendes de l’OM à une équipe estampillée Unicef. Titularisé dans le premier camp, Nasri s’est très vite démarqué par son embonpoint digne d’un montage satirique.

Samir Nasri poursuivi par Esteban Cambiasso (à gauche) lors du «match des héros».

Samir Nasri poursuivi par Esteban Cambiasso (à gauche) lors du «match des héros».

AFP

Son état de forme a provoqué la stupéfaction des observateurs. À commencer par Lorik Cana, présent dans la même formation que son ex-partenaire à l’OM mercredi soir: «Ils sont venus à deux, il y a Samir et Nasri.»

Il faut dire que Nasri a annoncé sa retraite il y a moins de trois semaines seulement, même si son dernier match officiel remonte à octobre 2019. Certains n’ont pas manqué de souligner qu’au même âge (34 ans), son compatriote et ancien coéquipier Karim Benzema figure parmi les favoris au Ballon d’Or.

D’autres, au contraire, préfèrent voir l’exaltation d’un hédoniste libéré des contraintes du sport professionnel.

Alors oui, le «Petit Prince» (son surnom auprès des supporters marseillais) abuse visiblement des biscuits du même nom, et pas que. Mais cela semble le rendre heureux et c’est bien là le principal.

Ton opinion

10 commentaires