Six mois ferme pour la star: «Samy Naceri s'est expliqué comme un enfant»
Actualisé

Six mois ferme pour la star«Samy Naceri s'est expliqué comme un enfant»

L'acteur Samy Naceri a été condamné à six mois d'emprisonnement ferme et 7'500 euros d'amende pour avoir accidentellement renversé une femme policier à bord d'une voiture qu'il manœuvrait sans permis, le 14 octobre à Paris.

Aucun mandat d'arrêt n'a été délivré contre le comédien de 47 ans, absent du procès devant la 29e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Il reviendra à un juge d'application des peines de définir les modalités d'exécution de la sentence.

Samy Naceri a été reconnu coupable d'"atteinte involontaire à l'intégrité physique" aggravée d'un "défaut de permis". Déjà condamné à plusieurs reprises, il était jugé en état de récidive légale et encourait quatre ans de prison et 9.000 euros d'amende.

Le parquet avait requis un an dont huit mois ferme et 8.000 euros d'amende à l'encontre d'un homme qui "a fait la preuve de sa dangerosité" selon la procureure Anne-France Sarzier.

"Il y a du lourd dans son casier", a noté la présidente Sylvie Gagnard en énumérant les peines déjà prononcées: dix mois ferme en septembre 2007 pour agression d'un styliste, trois mois en février 2007 pour des violences contre les employés d'une discothèque, six mois en décembre 2006 pour avoir injurié des policiers ainsi que quatre condamnations entre 2000 et 2003 pour des faits de violences, d'outrages, de conduite en état d'ivresse et d'excès de vitesse.

Libéré mi-2008, Samy Naceri est remonté depuis peu sur les planches. "Je suis en train de tout reconstruire", confiait-il le 17 octobre sur Europe 1 en assurant avoir notamment arrêté de consommer drogue et alcool.

Il ajoutait aussi que sa convocation mercredi au tribunal était le fruit d'un concours de circonstances malheureux.

Le 14 octobre en début de soirée, M. Naceri, qui n'a plus de permis de conduire, avait renversé une policière à la suite d'une fausse manoeuvre en déplaçant un véhicule appartenant à des amis près de l'ambassade d'Espagne où se tenait une réception.

Il s'était dans un premier temps présenté sous l'identité de son frère aîné avant d'être reconnu par les policiers. L'usurpation d'identité n'a pas été retenue mais "se faire passer pour son frère est du même niveau que son absence au tribunal", pour la présidente Gagnard, qui y voit une manière "d'échapper à ses responsabilités".

"Les explications qu'il donne sont du niveau d'un enfant", a estimé la procureure.

L'avocate de Samy Naceri, Françoise Cotta, a expliqué que son client n'était pas venu pour éviter un "cirque" médiatique en raison de la présence de journalistes.

"Quelle que soit son image négative, il sait parfaitement bien qu'il a fait du mal et il en est sincèrement, profondément désolé", a plaidé Me Cotta, assurant que Samy Naceri "se soigne" et "a des projets".

"S'ils me remettent en prison (...) ça veut dire qu'on veut pas que je me réinsère", avait-il dit sur Europe 1. (afp)

Ton opinion