Diplomatie: Sanctions: Pompeo cherche à calmer le jeu avec Ankara
Publié

DiplomatieSanctions: Pompeo cherche à calmer le jeu avec Ankara

Les sanctions imposées lundi à Ankara ne sont pas destinées à affaiblir les capacités militaires turques, a affirmé jeudi le ministre des Affaires étrangères à Washington.

Mike Pompeo le 17 décembre 2020.

Mike Pompeo le 17 décembre 2020.

AFP

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a assuré à son homologue turc Mevlut Cavusoglu que les sanctions américaines imposées lundi à Ankara pour son acquisition du système de défense aérienne russe S-400, n’étaient pas destinées à affaiblir la défense turque.

Au cours d’un entretien cette semaine avec le ministre turc des Affaires étrangères, Mike Pompeo a «souligné que l’objectif des sanctions était d’empêcher la Russie de recevoir des revenus, un accès et une influence substantiels» aux systèmes de défense turcs, a indiqué jeudi son porte-parole Cale Brown. Les sanctions «ne sont pas destinées à affaiblir les capacités militaires ou le niveau de préparation au combat de la Turquie ou d’autres alliés ou partenaires des États-Unis», a ajouté le porte-parole.

Le secrétaire d’État américain a aussi «appelé la Turquie à régler le problème des S-400 d’une façon conforme aux décennies de coopération de défense entre nos pays et à revenir à ses obligations de membre de l’Otan pour acheter des armements compatibles avec ceux de l’Otan», a-t-il conclu.

Prétexte

Les États-Unis avaient annoncé lundi des sanctions contre la Turquie pour son acquisition du S-400, interdisant désormais l’attribution de tout nouveau permis d’exportation d’armes à l’agence gouvernementale turque en charge des achats d’armement, le SSB. La décision prévoyait aussi des sanctions contre le président du SSB, Ismail Demir, ainsi que d’autres dirigeants de cette agence.

Le président Recep Tayyip Erdogan a dénoncé ces sanctions mercredi. «De quel type d’alliance s’agit-il? Cette décision est une attaque ouverte contre notre souveraineté», s’est-il indigné. «C’est un prétexte. Le vrai but est de stopper l’élan de notre pays dans l’industrie de la défense et de nous rendre de nouveau complètement dépendants».

(AFP/NXP)

Ton opinion