Athlétisme: Sandi Morris très haut perchée
Actualisé

AthlétismeSandi Morris très haut perchée

L'Américaine Sandi Morris a signé l'exploit du meeting de Bruxelles, dernière levée de la saison de Ligue de diamant.

photo: Keystone/AP

Sandi Morris est devenue la deuxième femme de l'histoire, sept ans après le record du monde (5m06) de Yelena Isinbayeva, à franchir la barre mythique des 5m en plein air, réussissant pile cette hauteur à son 2e essai.

Dans la foulée, l'extravertie blonde de 24 ans s'est attaquée au record du monde en faisant poser la barre à 5m07. Elle a échoué nettement mais peu importe: elle aura sans doute d'autres occasions, elle qui n'«explose» réellement que depuis cette année. Elle avait obtenu la médaille d'argent aux JO de Rio, ainsi qu'aux Mondiaux en salle en début d'année.

Désormais, elle est partie pour prendre le témoin de sa compatriote Jenn Suhr, championne olympique en 2012, qui elle aussi a déjà passé les 5m (5m03) mais en salle.

Pour monter aussi haut, Morris a été un peu chanceuse. A 5 m, elle a touché la barre - qui a bien tremblé - avec plusieurs parties du corps, mais ça a tenu. Elle avait été assez longtemps accompagnée par la championne olympique, la Grecque Katerina Stefanidi, 2e avec 4m76.

Cette dernière se consolera avec la victoire au général de la Ligue de diamant, devant Morris et... Nicole Büchler, 3e du général et du concours bruxellois (avec 4m58). C'est la première fois qu'un(e) athlète suisse monte sur un podium final en Ligue de diamant. Une récompense méritée pour la Biennoise, déjà 3e à Birmingham et 2e à Doha et à Rabat. Büchler donc a su réagir après son zéro pointé de la semaine passée à Zurich.

Les records tiennent bon

Comme souvent, l'exploit n'est donc pas venu d'où on l'attendait. Les deux tentatives de record du monde, sur le 5000 m dames et le 3000 m steeple hommes, ont échoué, tout en débouchant sur de belles courses.

Sur 5000 m, Almaz Ayana était trop seule. L'Ethiopienne, qui s'attaquait au record de sa compatriote Tirunesh Dibaba (14'11''15), s'est imposée en 14'18''89. Le chrono reste excellent mais éloigné de l'objectif, malgré la fin de course décoiffante de celle qui est surnommée «la libellule». Après 3 km, Ayana avait 14 secondes de retard sur les temps de passage souhaités. La championne olympique du 10'000 m a alors accéléré mais il était trop tard.

Sur 3000 m steeple, Conseslus Kipruto a conservé son invincibilité. Le champion olympique kényan a tout raflé cette saison en Ligue de diamant. Mais le chrono sous les 8' attendra. Il est resté à dix secondes du record du monde du Qatarien Saif Saaeed Shaheen (7'53''63), l'emportant en 8'03''74.

Elaine Thompson ne lâche rien. La double championne olympique de Rio (100 et 200 m) a remporté sa 12e victoire de la saison en autant de courses sur la ligne droite, en 10''72. Ce chrono permet à la Jamaïcaine d'égaler le record du stade de celle qui fut une de ses modèles, sa compatriote Shelly-Ann Fraser-Pryce. La nouvelle reine du sprint n'a pas été inquiétée par la Néerlandaise Dafne Schippers, 2e en 10''97.

«C'était ma dernière course de l'année et je voulais bien courir. Maintenant, ce sont les vacances et je ferai peut-être un peu la fête en Jamaïque», a déclaré Thompson.

Caster Semenya a surpris les spécialistes en gagnant le 400 m. La championne olympique sud-africaine du 800 m a surgi dans les derniers mètres pour retrancher plus de trois dixièmes à son record (en 50''40). (ats)

Ton opinion