France: Sandra retrouvée dans un coffre: un suspect se rend
Publié

FranceSandra retrouvée dans un coffre: un suspect se rend

Trois semaines après le meurtre de Sandra, une étudiante de 23 ans découverte pieds et poings liés dans sa voiture mi-mai en région parisienne, le principal suspect s'est rendu à la police judiciaire lundi.

par
cga

Un Pakistanais de 33 ans, soupçonné du meurtre d'une jeune femme qui avait été retrouvée pieds et poings liés dans sa voiture mi-mai, a été mis en examen et écroué mardi. Cet homme, inconnu des services de police, a été inculpé pour arrestation, enlèvement et séquestration suivie de mort en bande organisée. Lundi, il s'était rendu de lui même au siège de la police judiciaire de Paris, qui est chargée de l'enquête, comme l'a révélé Europe 1.

Faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international, le suspect n'a pas été placé en garde à vue mais directement en rétention, pour être entendu par la juge d'instruction. Selon une source proche de l'enquête, le suspect n'a pas reconnu les faits, préférant «garder le silence». L'homme et la victime ne se connaissaient pas. Lui aurait été lié à un employé de la dernière supérette que la victime avait démarchée dans le cadre d'une formation.

Le cadavre de cette jeune femme de 23 ans avait été découvert dans le coffre de sa voiture à Valenton le 12 mai. Dans le cadre de son stage de master, l'étudiante démarchait des supermarchés en région parisienne. Le 9 mai, elle s'était rendue en voiture en Essonne et était repartie vers midi en direction de Créteil, où elle habite.

«Peur que ce soit quelqu'un que je connaissais»

Sur le chemin, elle avait envoyé des messages à ses proches, selon les déclarations de ces derniers aux enquêteurs de la brigade criminelle de Paris. Ils avaient ensuite cessé d'avoir des nouvelles et signalé à la police la disparition de la jeune femme, d'après eux, «sans histoires». En tentant de retrouver sa trace, ils étaient tombés sur sa voiture, garée à Valenton. Prévenue, la police avait découvert dans le coffre le corps de la jeune femme, bâillonnée, pieds et poings liés à l'adhésif.

A la suite de cette arrestation, la famille de Sandra a reconnu sa surprise mais aussi son soulagement. «Je ne m'y attendais pas du tout», avoue Hindra, la petite soeur de Sandra citée par «Le Parisien». «J'avais peur que ce soit quelqu'un que je connaissais», confie pour sa part une amie de la victime. Les proches attendent désormais d'en savoir plus sur le mobile du meurtre, la thèse de l'agression sexuelle n'ayant pas été confirmée par l'autopsie, tandis que celle du vol d'une jeune étudiante aux revenus modestes semblent aussi peu évidente.

(cga/afp)

Ton opinion