LNA: Sandro Zurkirchen a dit non à tous les Lausannois
Actualisé

LNASandro Zurkirchen a dit non à tous les Lausannois

Le LHC a été battu mardi soir dans sa patinoire par Ambri-Piotta (0-1). Les Vaudois ne peuvent plus compter sur leurs points forts.

par
Robin Carrel
Le gardien des Léventins a écœuré les Lions rouges, à commencer par Florian Conz.

Le gardien des Léventins a écœuré les Lions rouges, à commencer par Florian Conz.

Les Lausannois sont longtemps restés dans la course aux play-off grâce notamment à deux choses: le rendement de leurs étrangers et leur capacité à profiter des supériorités numériques. Des facultés qu'ils ont, semble-t-il, perdues depuis quelques semaines. Hier, le club de Malley n'a pas réussi à pousser la rondelle au fond malgré sept jeux de puissance, une domination de tous les instants et une cinquantaine de tirs dirigés vers le gardien Sandro Zurkirchen.

Les renforts «importés» sont muets depuis trop longtemps pour espérer autre chose qu'un zéro pointé. Hytönen n'a plus allumé la lampe depuis plus de 460 minutes. Ça fait 14 matches que Genoway attend de trouver la faille et Setzinger est stérile depuis le 10 décembre. L'absence de Bang n'arrange pas non plus les affaires du coach, Heinz Ehlers. Car son remplaçant, Fleury, tout juste qualifié, n'a pas encore trouvé le bon rythme.

«Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Je joue en LNA depuis 15 ou 16 saisons et je n'avais jamais vécu un match pareil.» Au terme de la partie, Gobbi n'en revenait pas du vilain tour joué par ses anciens coéquipiers léventins et plus particulièrement leur dernier rempart, Zurkirchen. «Il est clair que c'est un résultat négatif, mais nous avons tellement bien joué! Je ne sais pas quoi dire. Si on n'arrivait pas à se créer des occasions, on serait inquiets. Nous n'avons pas récolté les points que nous méritions. Mais, des fois, il y a des matches comme ça...» a regretté le défenseur.

Maladresse. Le LHC se demande encore comment il a pu perdre ce match. Rien qu’au premier tiers, les Vaudois ont eu 4 occasions franches et 3 avantages numériques sans marquer. Ambri, lui, a scoré sur sa seule action dangereuse par Giroux (17e). Pestoni et Reichert (32e) ont failli doubler la mise, mais Huet veillait. Dans l’ultime pé­riode, S. Fischer (44e), Froidevaux (45e et 54e), Setzinger (49e) Leeger (55e) et Conz (57e) sont passés près de l’égalisation. Mais Zurkirchen était imbattable (52 parades!) mardi soir.

Ton opinion