Actualisé 11.10.2020 à 17:57

GrisonsSangliers radioactifs bannis des assiettes

La saison de chasse a été lancée dans les Grisons et au Tessin, mais pas tous les sangliers tirés peuvent être dégustés. Certains sont impropres à la consommation parce que leur viande est radioactive.

de
Leo Butie/ofu
1 / 3
Keystone
Keystone
Keystone

Depuis peu, les sangliers peuvent à nouveau être tirés. Alors que la saison de la chasse bat son plein en Suisse, certaines régions doivent se plier à des réglementations spéciales en ce qui concerne le dépeçage des cochons sauvages. C’est le cas de certaines vallées grisonnes et du Tessin. En cause: mi-août, la viande de plusieurs animaux s’est révélée être radioactive, rapporte la télévision alémanique SRF. Pour le coup, chaque animal tiré pendant la période de la chasse doit désormais être contrôlé. Pour cela, un échantillon de viande est envoyé en laboratoire.

La radioactivité de certains sangliers est due à leur préférence alimentaire. Ces animaux adorent en effet se nourrir de noix, de vers de terre, de racines ou encore de champignons. Et c’est précisément certaines espèces de champignons qui sont radioactives depuis la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Pour rappel: en 1986, du césium-137 a été propulsé dans les airs et a fini jusqu’en Suisse, particulièrement au Tessin et dans le sud des Grisons.

Contrairement aux plantes, les champignons ne peuvent pas choisir quelles particules présentes dans la terre ils absorbent. «Ils sont comme des éponges et absorbent tout», explique Matthias Beckmann, chimiste cantonal des cantons des Grisons et de Glaris. «Lorsqu’un sanglier présente un taux de césium-137 supérieur à 600 becquerels par kilogramme, il ne peut plus être mangé», ajoute l’expert. Dans ces cas-là, la viande est détruite par mesure de précaution, explique Giochen Bearth, vétérinaire cantonal des Grisons. Les chasseurs, eux, sont indemnisés.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!