Euro 2016: Sans club et en sélection à cause d'une blague
Actualisé

Euro 2016Sans club et en sélection à cause d'une blague

Hal Robson-Kanu a récemment explosé à la face du monde avec un but d'anthologie. Mais il aurait pu ne jamais devenir gallois.

par
duf
Sans un coéquipier plaisantin, Hal Robson-Kanu ne serait peut-être jamais arrivé chez les Dragons.

Sans un coéquipier plaisantin, Hal Robson-Kanu ne serait peut-être jamais arrivé chez les Dragons.

photo: Keystone/Filip Singer

Devenir éligible pour représenter le Pays de Galles devient vite aisé lorsqu'on se découvre un quelconque aïeul venant de Cymru (prononcez kâmri), comme on a pu le constater tout long de l'histoire de la sélection celte. La «naturalisation» facilitée n'est certes pas l'apanage des Gallois. Mais intégrer l'équipe des Dragons à la suite d'une simple blague, voilà qui est sans doute unique au monde. Une simple plaisanterie à l'heure du repas est pourtant l'origine de la présence de Hal Robson-Kanu dans les rangs gallois.

L'attaquant, qui est actuellement sans club, mais qui suscite des convoitises depuis qu'il a inscrit en quart de finale de l'Euro un but de classe mondiale face à la Belgique, aurait tout aussi bien ne jamais devenir international. C'est ce que raconte Brian Flynn, ancien sélectionneur ad-intérim du Pays de Galles. Alors qu'il était en visite en 2009 dans le club de Reading pour évoquer des questions d'équipe nationale avec Simon Church, autre joueur anglais ayant lui aussi finalement choisi de «passer à l'ennemi», l'entraîneur a soudain entendu un autre joueur lui parlant depuis l'autre extrémité de la cantine du club.

La grand-mère dans la caravane

«C'était Glen Little, coéquipier de Simon», s'est souvenu Flynn ce mardi, lors d'un récent passage à la radio BBC 5. «Il savait que j'étais là pour parler sélection avec Simon et depuis l'autre bout de la pièce il m'a lancé, en désignant Hal dans un coin: 'Lui il peut jouer pour le Pays de Galles, il y va en vacances!'» Après avoir terminé son entretien, Brian Flynn s'est ensuite approché de Robson-Kanu pour le rassurer. «Ne t'inquiète pas, Glen me connaît et c'est de moi qu'il se moquait, pas de toi. Il m'a répondu: 'Non, je comprends. Mais c'est vrai, je vais au Pays de Galles en vacances!»

De fil en aiguille, le sélectionneur a appris que l'attaquant, aujourd'hui âgé de 27 ans, embarquait dans la caravane avec sa famille, s'arrêtait embarquer pour sa grand-mère en chemin et se rendait ensuite dans un camping en terres galloises. Or, il se trouvait que cette grand-mère était née au Pays de Galles. Un motif suffisant pour entreprendre des démarches visant à enrôler le jeune joueur avec les Dragons. Comme Flynn n'avait encore jamais vu jouer Robson-Kanu, qui avait porté le maillot de l'Angleterre chez les M19, il a d'abord exigé qu'il passe des tests. «Une fois que c'était fait, je suis retourné au club pour lui demander s'il était motivé de jouer pour le Pays de Galles. Ca m'a pris douze mois pour le convaincre, mais il a finalement accepté.»

Mercredi soir, Hal Robson-Kanu aura l'occasion d'entrer encore un peu plus dans l'histoire en battant le Portugal en demi-finale de l'Euro. Et ça ce n'est pas une blague.

Ton opinion