Genève: «Sans l'immigration, la boutique ne tourne pas»
Actualisé

Genève«Sans l'immigration, la boutique ne tourne pas»

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet a commenté l'évolution démographique du canton en 2015. Sa population a augmenté comme rarement.

par
Jérôme Faas
Le conseiller d'Etat PLR Pierre Maudet, chargé de la Sécurité et de l'Economie.

Le conseiller d'Etat PLR Pierre Maudet, chargé de la Sécurité et de l'Economie.

photo: Keystone/Salvatore di Nolfi

En 2015, la population genevoise a crû de 8033 personnes, a rappelé ce mardi en conférence de presse le conseiller d'Etat Pierre Maudet. Le canton compte dorénavant 490'578 habitants officiels. «2016 sera l'année durant laquelle nous dépasseront le demi-million», a prédit l'élu chargé de la Sécurité et de l'Economie. La croissance observée l'an passé est la deuxième plus forte depuis les années soixante.

Le solde migratoire en est responsable à 78%, avec un différentiel de 6'265 personnes. Ce chiffre est similaire à celui de 2014, mais sa structure est différente: en 2015, le canton a connu 3000 arrivées et 3000 départs de plus, soit une augmentation des mouvements. Le solde naturel, soit les naissances moins les décès, s'est lui établi à 1768 individus.

Déjà 42% d'étrangers voici cent ans

Genève compte 41,2% d'étrangers, «une constante historique, a rappelé Pierre Maudet. Il y a exactement cent ans, en 1916, le canton regroupait déjà 42% d'étrangers.» Directeur de l'office cantonal de la statistique, Roland Rietschin a par ailleurs noté que la migration était essentiellement économique, «puisque 71% des étrangers ont entre 20 et 64 ans, alors que seuls 58% des Suisses appartiennent à cette classe d'âge.» Le conseiller d'Etat en a tiré la conclusion suivante: «Sans l'apport de l'immigration, on aurait un problème économique, la boutique ne tournerait pas.»

2000 requérants d'asile

Concernant l'asile, le canton a vu transiter 2039 requérants en 2015. «Il s'agit du chiffre brut, soit de tous les nouveaux cas, a commenté Bernard Gut, directeur de l'Office cantonal de la population et des migrations. Dans le même temps, plusieurs requérants quittent le canton. Le solde net, lui, atteint 1400 personnes.»

L'enjeu de l'intégration

Sachant que la Suisse table sur l'arrivée de 30'000 à 40'000 migrants en 2016, selon Pierre Maudet, et que Genève est tenu de prendre en charge 5,6% du total, il prévoit que le canton devra accueillir entre 1680 et 2240 requérants d'asile en 2016. «Nous devrons les héberger, mais aussi les intégrer. Car ce qui change fondamentalement par rapport au passé, c'est que 70% à 80% de ces gens restent», vu la situation dans leurs pays d'origine. «Ce taux de protection n'était que de 15% voici quelques années encore», a rappelé le magistrat.

Naturalisation durcie en 2017

Dès 2017, la loi fédérale sur la naturalisation sera durcie. Le processus sera réservé aux titulaires de permis C et aux individus aptes à communiquer dans une langue nationale par écrit. Pierre Maudet entend donc faire "une promotion active" de la naturalisation cette année, sachant que toutes les demandes déposées avant le 31 décembre seront traitées selon le régime actuel. Il espère notamment que les permis B et les internationaux saisiront cette opportunité. "Aujourd'hui, nous aurions 90'000 personnes éligibles à Genève. Nous en aurons moins en 2017. Or, sans les naturalisations, nous ne pouvons maintenir constante la proportion de Suisses par rapport aux étrangers." En 2015, Genève a procédé à 6616 naturalisations.

Ton opinion