Actualisé 21.09.2017 à 16:14

EtudeSans leur smartphone, les jeunes deviennent fébriles

Une expérience hongroise révèle que certains jeunes développent des comportements nerveux s'ils se retrouvent sans leur téléphone portable.

de
tam/ofu

«Le smartphone c'est comme un journal intime. Il contient des souvenirs, comme par exemple des photos ou des discussions.» Interrogé jeudi par «20 Minuten», Daniel Süss, professeur en psychologie des médias à la Haute école zurichoise des sciences appliquées, revient sur les résultats d'une récente étude hongroise. Celle-ci révèle que la relation que les jeunes développent avec leur téléphone portable est semblable à celle qu'ils entretiennent avec d'autres humains.

Les chercheurs de l'Université de Eötvös Lorand ont en effet cherché à découvrir si les 93 étudiants, qui ont participé à l'expérience, ressentaient du stress s'ils sont obligés d'abandonner leur natel. Le résultat est limpide: la majorité des participants sont stressés sans leur smartphone. Et cela s'extériorise par des comportements nerveux. Certains ont ainsi commencé à se gratter ou alors à remettre leurs cheveux en place. La peur de quitter son téléphone portable dispose d'ailleurs d'un nom bien précis: la nomophobie.

Daniel Süss souligne que ce n'est pas le téléphone en soi qui pousse les jeunes à agir de la sorte, mais plutôt la signification qu'a l'appareil pour eux. Il note aussi que les smartphones sont des portes d'accès vers de potentiels nouveaux contacts: «On pourrait avoir peur de rater quelque chose si on nous enlève cet accès.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!