Actualisé 21.05.2008 à 19:15

Santé, naturalisations et propagande: vers trois non

A dix jours des votations fédérales, le vent a tourné. Selon un sondage SSR, le peuple
refuserait les trois objets.

La campagne en vue des votations du 1er juin va reprendre de plus belle pour quelques jours. Encore donnés majoritaires à la mi-avril, les partisans de l'initiative sur les naturalisations par le peuple se retrouvent désormais en comité restreint.

Le sondage SSR SRG Idée suisse, publié hier soir, montre un renversement de situation de taille. Si la votation avait eu lieu le week-end dernier, l'initiative de l'UDC sur les naturalisations aurait été rejetée par 56% de non contre 33% de oui. Il y a un mois, les partisans étaient encore 48% et les opposants 37%.

Selon l'institut gfs.bern, ce changement est dû notamment à une mobilisation moins forte que de coutume de l'électorat UDC. Mais surtout, la base des deux autres partis bourgeois (PRD et PDC) y est désormais opposée. Le changement est encore plus grand pour l'article constitutionnel sur l'assurance maladie, désormais rejeté par 45% des sondés, contre 39% d'opinions favorables. Lors du premier sondage, 62% étaient pour, 18% contre.

Quant au troisième objet, l'initiative dite «muselière» qui réduit la possibilité pour le Conseil fédéral et l'administration de s'exprimer lors des campagnes de votation, le non prédomine à 60% (57% à mi-avril), le oui ne recueillant que 26% (27%) des suffrages. Au vu de ces variations, gfs.bern estime que l'issue du scrutin reste plus ouverte que jamais.

Martial Messeiller (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!