Médecines complémentaires: Santésuisse n'a pas fait volte-face avec la liberté du vote
Actualisé

Médecines complémentairesSantésuisse n'a pas fait volte-face avec la liberté du vote

Santésuisse pourrait vivre avec l'ancrage des médecines complémentaires dans la constitution.

Selon le directeur de l'organisation faîtière des caisses maladie Stefan Kaufmann, c'est la mise en oeuvre de cet article, en cas de oui le 17 mai, qui sera déterminante.

La popularité des médecines complémentaires auprès de la population a «joué un rôle» dans la liberté de vote accordée par santésuisse, explique mardi M. Kaufmann dans une interview accordée à la «Basler Zeitung».

«Nous reconnaissons qu'il existe une certaine méfiance à l'égard de la médecine classique et une demande d'alternatives tenant mieux compte des facteurs non scientifiques de maladies complexes», précise le directeur. En outre, les avis des assureurs divergeaient.

Certains soutenaient même l'initiative initiale qui réclamaient une prise en charge complète des assurances complémentaires. Tous ont néanmoins reconnu que la question de l'application serait déterminante. La liberté de vote ne constitue donc pas une volte-face de santésuisse, assure M. Kaufmann, «même si l'on doit se demander si cet article est réellement nécessaire».

(ats)

Ton opinion