Actualisé 10.01.2012 à 19:53

Paix en ColombieSantos demande «des actes» aux Farc

Le président colombien Juan Manuel Santos a exigé mardi via son compte Twitter que les Farc passent à des «actes de paix clairs» au lendemain d'une proposition de dialogue de la guérilla marxiste.

«Nous ne voulons plus de rhétorique, le pays demande des actes de paix clairs. Qu'ils oublient un nouveau Caguan», a écrit le président, dans une allusion à un précédent processus de paix, en 2002, qui avait été un échec.

La guérilla des Farc s'est déclarée prête au dialogue avec le président colombien, dans un communiqué signé par son nouveau chef Timoleon «Timochenko» Jimenez et transmis lundi sur son site internet.

Il y a des sujets dont «nous aimerions parler à une éventuelle table de négociations», affirmait le communiqué citant notamment les privatisations, la liberté absolue du commerce et de l'investissement, les atteintes à l'environnement.

Dans son message, le chef des guérilleros a demandé de «reprendre l'agenda de El Caguan», la zone démilitarisée où s'étaient déroulées les dernières négociations de paix.

«Timochenko», dont le véritable nom est Rodrigo Londono, a été nommé chef des Farc le 5 novembre 2011, un jour après la mort de son prédécesseur, Alfonso Cano, abattu lors d'une opération militaire.

Après le décès de ce dernier, l'actuel président colombien Juan Manuel Santos avait lancé un appel au dialogue aux Farc.

La Colombie est victime depuis près de 50 ans d'un conflit armé impliquant deux guérillas d'extrême gauche (les Farc, la plus importante, et l'ELN, Armée de libération nationale), des milices paramilitaires d'extrême droite, l'armée et, par moments, des bandes de narcotrafiquants.

La guérilla des Farc, fondée en 1964, compterait encore entre 8.000 et 11.000 combattants, selon les estimations.

Les Farc restent actives sur une grande partie du territoire colombien et ont tué en 2010 488 membres de l'armée et de la police colombienne, selon des données officielles. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!