Sarkasm et Ginger seront-ils censurés?

Actualisé

Sarkasm et Ginger seront-ils censurés?

L'ex-strip-teaseuse Ginger remet le couvert en participant au clip du rappeur genevois Sarkasm.

Le fait que le rappeur de 23 ans sorte un maxisingle intitulé «Decadence Danse», avec trois titres accompagnés de vidéos, n'a a priori rien d'original. En revanche, les propos crus autour de moeurs libertines qu'il tient dans ses chansons le sont davantage. Peu de rappeurs romands ont d'ailleurs osé voguer sur ce terrain.

Sarkasm a entraîné avec lui Ginger, la reine romande du strip-tease. Elle introduit le morceau phare avec des paroles explicites et se déhanche dans la tonalité du clip. Le mix donne le projet le plus graveleux, glauque et choquant de l'année.

Dans un style de son «west coast» et des paroles en français, les textes n'insultent personne, contrairement au grand frère américain. Il s'attaque aux normes sectaires des night-clubs: pas de baskets blanches. Il met en avant l'hypocrisie autour du sexe en exposant verbalement et visuellement quelques pratiques.

Sarkasm se cache derrière le deuxième degré et l'humour pour traiter tous les thèmes qu'il souhaite, bien conscient que tout ne peut pas être dit à tout le monde. «Nous pouvons choquer, mais la mention «Avertissement parental» est inscrit sur le bas de la pochette. Si une association féministe s'oppose à la diffusion, je suis prêt à débattre.»

La chaîne musicale TVM3 donnera son avis en fin de semaine sur les images à censurer. Un showcase avec Ginger est programmé au Cult Club le 18 novembre.

Juan Caido

Ton opinion