France: «Sarkozy a choisi ses grévistes»
Actualisé

France«Sarkozy a choisi ses grévistes»

La presse française critique la «diversion» tentée par Nicolas Sarkozy, qui a reçu à l'Elysée Thierry Henry, alors que deux millions de manifestants se mobilisaient pour leur retraite.

«Nicolas Sarkozy a choisi ses grévistes. Pendant que défilaient ceux qui avaient cessé le travail pour dénoncer le projet de réforme des retraites, le chef de l'Etat a jugé opportun de bousculer son agenda pour recevoir le plus capé des grévistes du ballon rond, Thierry Henry», écrit «Libération».

Sur la même tonalité, «L'Humanité» estime que «le président de la République s'est consacré hier à une opération de diversion pour occulter les deux millions de manifestants derrière les états d'âme de Thierry Henry».

Nombreux sont les journaux qui, comme «La presse de la Manche», considèrent que «la mobilisation contre la réforme des retraites a été particulièrement forte». Ainsi «La Charente Libre» affirme: «les syndicats avaient promis de mobiliser bien davantage que le 27 mai. Leur pari est largement gagné». Le quotidien dénonce également le «cynisme sans bornes» des autorités «à l'image de la réception du multimillionnaire Thierry Henry à l'Élysée».

Pour la «Voix du Nord», «le troisième tour social aura cependant lieu en septembre lorsque le texte viendra devant l'Assemblée». Le «Midi Libre» considère également que cette manifestation nationale «fut un succès». Plus sceptiques, les «Dernières Nouvelles d'Alsace» jugent que «les syndicats ont réussi leur pari mais ils n'ont pas, pour le moment, les moyens de faire sauter la banque».

Nicolas Sarkozy, qui s'est emparé du dossier de la reconstruction de l'équipe de France de football après sa débâcle au Mondial en Afrique du Sud, a reçu l'attaquant Thierry Henry jeudi à l'Elysée. Le joueur avait sollicité cette rencontre, selon la présidence. Rien n'a filtré sur l'entretien entre les deux hommes.

(ats)

Ton opinion