Proche-Orient: Sarkozy demande «le gel total» de la colonisation
Actualisé

Proche-OrientSarkozy demande «le gel total» de la colonisation

Le président français Nicolas Sarkozy a joint mercredi sa voix à celle de Barack Obama pour exiger de Benjamin Netanyahu, en visite à Paris, un «gel total» de la colonisation en Cisjordanie.

Mais le Premier ministre israélien continue de refuser cette mesure.

»Le président de la République a appelé Israël à prendre, sans attendre, toutes les mesures possibles pour encourager la confiance» avec les Palestiniens, «à commencer par le gel total des activités de colonisation, ainsi que l'amélioration décisive des accès et mouvements pour les populations civiles palestiniennes», a indiqué la présidence française dans un communiqué.

Les deux hommes ont discuté pendant plus d'une heure au palais de l'Elysée. «Ce n'est pas nouveau, c'est un rappel d'une position qu'il (Nicolas Sarkozy) a déjà prise dans le passé», a dit M. Netanyahu.

Et le Premier ministre israélien de camper sur ses positions: «Nous nous sommes engagés - et je le répète ici - à ne pas construire de nouvelles colonies et à ne pas essayer de grappiller plus de terres pour la construction de telles colonies», a-t-il répété.

Rencontre avec Mitchell annulée

»Mais les Israéliens qui vivent dans ces colonies ont besoin de vivre décemment», a-t-il ajouté.

Le gouvernement israélien entend poursuivre la construction dans les colonies existantes au motif de l'»expansion naturelle», compte tenu de leur démographie.

L'annulation au dernier moment d'une rencontre prévue à Paris jeudi entre M. Netanyahu et l'émissaire américain pour le Proche- Orient George Mitchell laisse entrevoir une tension accrue entre les deux alliés autour de cette question centrale de la colonisation.

D'après le quotidien israélien «Yediot Aharonot», c'est Washington qui a pris cette décision, en signe de mécontentement.

Appel récemment par Obama

Mais M. Netanyahu a assuré mercredi avoir demandé «le report de la rencontre» avec M. Mitchell car il a «pensé qu'il fallait éclaircir quelques sujets».

Il a ajouté que son ministre de la Défense Ehud Barak serait à Washington «lundi», laissant entendre qu'une rencontre entre MM. Barak et Mitchell pourrait avoir lieu à ce moment-là.

Lors de son discours le 4 juin au Caire adressé au monde musulman, le président américain Barack Obama avait appelé à un gel total de la colonisation.

Mardi à Rome, où il a rencontré son homologue Silvio Berlusconi, M. Netanyahu avait déjà maintenu ses positions.

Discussion prévue

Il s'agit du premier déplacement officiel de Benjamin Netanyahu en Europe depuis son accession au poste de chef du gouvernement de l'Etat hébreu.

Nicolas Sarkozy s'est lui par ailleurs dit prêt à «toute initiative utile pour aider» à la libération du soldat franco- israélien Gilad Shalit, détenu à Gaza depuis trois ans, selon le communiqué.

M. Netanyahu devait rencontrer en fin de journée les représentants de la communauté juive de France, la plus importante d'Europe, et jeudi le Premier ministre François Fillon, avant de regagner Israël. (ats)

Ton opinion